Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une carte à jouer avec l’alimentation des vaches

Tous les laits ne se valent pas. À travers l’alimentation des vaches et la génétique, on peut modifier la composition fine du lait et sa valeur nutritionnelle.

Le lait constitue une source diversifiée d’acides gras, dont certains, présentent des effets physiologiques spécifiques et ne peuvent se retrouver dans aucun autre aliment. Aujourd’hui, les effets de tous les acides gras ne sont pas encore parfaitement établis, mais un objectif de profil idéal du lait a pu être établi. « Globalement, on vise un lait moins riche en acides gras saturés (autour de 60 à 65 %) avec moins d’acide palmitique, et doté d’un ratio oméga 6 sur oméga 3 inférieur à 5, présente Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique adjoint Agriculture à l’Inra. On recherche aussi une certaine richesse en acide ruménique, un acide gras trans particulier, synthétisé uniquement par les ruminants. » D’origine naturelle, il se distingue des acides gras trans d’origine industrielle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière