Aller au contenu principal
Font Size

Vaches de réforme
Une bonne finition à l´herbe se révèle payante

Un gain de 175 euros par vache grâce à une finition des réformes à l´herbe. Tel est le résultat avancé par la station expérimentale de Mauron.


« Finir ses vaches de réforme à l´herbe plutôt que de les envoyer directement à l´abattoir permet un gain de 175 euros par vache », avance Daniel Le Pichon, responsable de la station expérimentale de Mauron, dans le Morbihan.
Dans les abattoirs de l´Ouest, 25 à 30 % des vaches sont abattus trop maigres, légères et mal conformées. « Forts de ce constat, nous avons étudié la capacité de remise en état de vaches maigres (1 =) à l´herbe, ainsi que l´incidence économique d´une telle pratique. » Deux essais ont été réalisés, l´un en 2000, l´autre en 2004. La première campagne s´est caractérisée par un printemps très humide et la seconde par des conditions de pâturage relativement bonnes, avec une pousse de l´herbe régulière et peu de risques de piétinement.
Au total, trente-huit vaches Prim´Holsteins maigres destinées à l´abattage ont été engraissées (18 en 2000 et 20 en 2004). Elles pesaient en moyenne 568 kg, pour une conformation comprise entre P- et P= et une note d´état d´engraissement de 1=.
©DR Les vaches de réforme sont mises à l´herbe

Ces vaches étaient âgées en moyenne de 4 ans et 9 mois. La moitié d´entre elles étaient encore en lactation. Elles ont reçu pendant trois semaines un régime à base de foin, avant d´être mises à l´herbe début avril.
Elles ont été conduites en pâturage tournant sur des prairies à base de ray-grass-trèfle blanc et dactyle-trèfle blanc. La surface pâturée s´est élevée à 20 ares par vache sur les deux premiers cycle et 28 ares pour le dernier. En moyenne sur les deux campagnes, le pâturage a duré 101 jours.
La croissance s´est révélée correcte pendant la période de finition, avec un GMQ moyen de 1069 g/jour. La conformation des bêtes a gagné une demie classe et la reprise de poids de carcasse est estimée entre 55 et 60 kg.
Pour des vaches correctement finies, l´alourdissement des carcasses, l´amélioration de l´état et de la conformation permet une amélioration de 0,30 euro du kilo de carcasse.

0,30 euro de plus du kilo de carcasse
« Hors coût du travail, la plus-value par vache liée à la remise en état, après déduction du coût alimentaire (22 euros par vache), s´élève donc au minimum à 175 euros, estime le technicien. Ce calcul ne prend pas en compte les variations de prix sur la durée de l´engraissement. Il s´agit donc d´une hypothèse basse. En effet, à cette période de l´année (premier semestre), le prix de la viande est en phase ascendante et la plus-value réalisée par les éleveurs devrait ainsi se révéler plus importante. »
Mais en cas de chute des cours, est-ce que la finition vaut toujours le coup ? « Au regard des écarts de prix observés sur les grilles de prix, l´opération se révèle positive tant que les prix ne descendent pas au delà de 0,30 euro/kg de carcasse pendant la période d´engraissement. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Le fait de bénéficier d’un partenaire dès leur plus jeune âge éduque le veau socialement parlant, et stimule ses apprentissages, en particulier celui de l’alimentation. © Eurodairy
Les veaux élevés « par deux » poussent mieux et sont plus heureux !
Une nouvelle façon d'élever les veaux est testée au Canada en vue d’améliorer leurs conditions d’élevage. Loger les veaux deux…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière