Aller au contenu principal

Vaches de réforme
Une bonne finition à l´herbe se révèle payante

Un gain de 175 euros par vache grâce à une finition des réformes à l´herbe. Tel est le résultat avancé par la station expérimentale de Mauron.


« Finir ses vaches de réforme à l´herbe plutôt que de les envoyer directement à l´abattoir permet un gain de 175 euros par vache », avance Daniel Le Pichon, responsable de la station expérimentale de Mauron, dans le Morbihan.
Dans les abattoirs de l´Ouest, 25 à 30 % des vaches sont abattus trop maigres, légères et mal conformées. « Forts de ce constat, nous avons étudié la capacité de remise en état de vaches maigres (1 =) à l´herbe, ainsi que l´incidence économique d´une telle pratique. » Deux essais ont été réalisés, l´un en 2000, l´autre en 2004. La première campagne s´est caractérisée par un printemps très humide et la seconde par des conditions de pâturage relativement bonnes, avec une pousse de l´herbe régulière et peu de risques de piétinement.
Au total, trente-huit vaches Prim´Holsteins maigres destinées à l´abattage ont été engraissées (18 en 2000 et 20 en 2004). Elles pesaient en moyenne 568 kg, pour une conformation comprise entre P- et P= et une note d´état d´engraissement de 1=.
©DR Les vaches de réforme sont mises à l´herbe

Ces vaches étaient âgées en moyenne de 4 ans et 9 mois. La moitié d´entre elles étaient encore en lactation. Elles ont reçu pendant trois semaines un régime à base de foin, avant d´être mises à l´herbe début avril.
Elles ont été conduites en pâturage tournant sur des prairies à base de ray-grass-trèfle blanc et dactyle-trèfle blanc. La surface pâturée s´est élevée à 20 ares par vache sur les deux premiers cycle et 28 ares pour le dernier. En moyenne sur les deux campagnes, le pâturage a duré 101 jours.
La croissance s´est révélée correcte pendant la période de finition, avec un GMQ moyen de 1069 g/jour. La conformation des bêtes a gagné une demie classe et la reprise de poids de carcasse est estimée entre 55 et 60 kg.
Pour des vaches correctement finies, l´alourdissement des carcasses, l´amélioration de l´état et de la conformation permet une amélioration de 0,30 euro du kilo de carcasse.

0,30 euro de plus du kilo de carcasse
« Hors coût du travail, la plus-value par vache liée à la remise en état, après déduction du coût alimentaire (22 euros par vache), s´élève donc au minimum à 175 euros, estime le technicien. Ce calcul ne prend pas en compte les variations de prix sur la durée de l´engraissement. Il s´agit donc d´une hypothèse basse. En effet, à cette période de l´année (premier semestre), le prix de la viande est en phase ascendante et la plus-value réalisée par les éleveurs devrait ainsi se révéler plus importante. »
Mais en cas de chute des cours, est-ce que la finition vaut toujours le coup ? « Au regard des écarts de prix observés sur les grilles de prix, l´opération se révèle positive tant que les prix ne descendent pas au delà de 0,30 euro/kg de carcasse pendant la période d´engraissement. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière