Aller au contenu principal
Font Size

Une ambiance au top avec les bâtiments tunnels

Issus du maraîchage, ces bâtiments ont fait leur apparition en élevages il y a une trentaine d'années. Mais malgré des atouts indéniables, il s'en installe très peu en France. Explications.

Les bâtiments tunnels sont proposés en kit avec quatre largeurs possibles : 6,40 m, 8 m, 9,60 m et 12,80 m.
Les bâtiments tunnels sont proposés en kit avec quatre largeurs possibles : 6,40 m, 8 m, 9,60 m et 12,80 m.
© F. Mechekour

Construire une stabulation sur le modèle d'une serre avec une structure métallique, des bâches, des filets brise-vent, une station météo pour gérer l'ambiance et un minimum de maçonnerie... l'idée est très séduisante. « La réflexion sur l'utilisation des bâtiments tunnels en élevage a commencé au milieu des années 1980. À l'époque, il s'agissait de développer des solutions pour limiter le niveau des investissements », explique Jacques Capdeville de l'Institut de l'élevage. Le concept de ces bâtiments s'y prête bien pour deux raisons : ils nécessitent peu de maçonnerie et l'autoconstruction est possible. Par ailleurs, quand ils sont réalisés dans les règles de l'art, ils offrent une qualité d'ambiance optimale. « Pour assurer une bonne ventilation et maîtriser l'humidité à l'intérieur de la stabulation, il faut impérativement avoir une ouverture en toiture et suffisamment d'entrée d'air sur les côtés. Dans les pays de l'Europe du Nord, notamment aux Pays-Bas et au Danemark, les bâtiments tunnels sont assez répandus. L'absence d'ouverture en hauteur est en partie compensée par une bonne ventilation horizontale permise par les vents marins. Mais il ne faut pas transposer cette solution en France, sinon l'humidité va s'accumuler dans le bâtiment », prévient Jacques Capdeville.

Des conditions de travail agréables pour les éleveurs

L'isolation thermique en toiture est également souhaitable. « Il peut s’agir d’une enveloppe constituée d’une double bâche séparées par une lame d’air maintenue en pression en permanence. » La ventilation et la température sont gérées par une station météo le plus souvent automatisée. Elle permet d'ouvrir ou de fermer les bâches en toiture et parfois sur les côtés. Par ailleurs, la qualité de l'éclairage est un autre point fort des tunnels. Au final, « quand ils sont bien conçus, les bâtiments tunnels offrent un réel confort aux animaux et des conditions de travail agréables pour les éleveurs ».

Les premiers projets ont concerné les petits ruminants, puis les génisses de renouvellement et les troupeaux allaitants. Mais, trois décennies plus tard, force est de constater que malgré leurs atouts, les installations de bâtiments tunnels ne décollent pas. Pour quelles raisons ? Pour Jacques Capdeville, cette situation pourrait s'expliquer par « une offre commerciale limitée » et un prix qui « n'est pas si attractif que cela sauf si vous avez recours à l'autocontruction ». La longévité du bâtiment peut également freiner à tort l’enthousiasme de certains. « La structure métallique a une durée de vie d'au moins 25 à 30 ans et les bâches de 10 à 15 ans, ce qui est très bien  » souligne Jacques Capdeville avant d'ajouter : « c'est la qualité de la pose qui détermine la durée de vie de la bâche ». Par ailleurs les bâches sont garanties 10 ans. Pour le remplacement, comptez environ 5 euros par mètre carré de bâches non posées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière