Aller au contenu principal
Font Size

Filière Lait et vente directe
Une activité gourmande en main-d´oeuvre

Souvent sous-estimé, le temps de travail est pourtant un critère prépondérant dans la réussite du projet de vente directe. La transformation de 50 000 litres de lait peut nécessiter entre 1 000 et 2 000 heures de travail par an.


«Beaucoup de vendeurs directs avouent après coup qu´ils ont sous-estimé, lors de la mise en route de leur projet, le temps de travail induit par l´activité ». Telle est l´une des principales conclusion d´une étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1).
Cette évaluation est d´autant plus difficile à réaliser précisément que de nombreux facteurs interviennent sur ce critère. Ainsi, l´activité de transformation et de commercialisation de 50 000 litres de lait peut nécessiter « entre 1 000 et 2 000 heures de travail par an selon les cas ». On passe ici du simple au double pour une même quantité de lait transformée et commercialisée. L´enquête a permis d´établir à titre indicatif un temps de travail selon l´activité.

Plusieurs critères permettent d´estimer le besoin en main-d´oeuvre. D´une façon générale, plus le volume de lait transformé augmente, plus le travail par litre de lait transformé diminue. Le temps varie également en fonction du nombre et du type de produits transformés, des circuits de commercialisation, de la fonctionnalité du local de transformation, « ainsi que de la capacité à s´organiser ». Le beurre est par exemple un produit d´appel « facile à fabriquer et peu exigeant en temps de travail ».

La production de yaourts est par contre très gourmande en main-d´oeuvre, avec un temps de travail généralement supérieur à 25 heures/1 000 litres de lait transformés. « Dans les cas extrêmes, il peut aller jusqu´à 100 heures/1 000 l », prévient Emmanuel Béguin. Lequel ajoute : « Si l´éleveur transforme 15 000 litres en yaourts, cela correspond à 1 500 heures de travail. C´est quasiment l´équivalent d´un emploi à temps plein. »
Afficher ses horaires d´ouverture à la ferme
Le temps de travail est minimum lorsque le produit est vendu à un intermédiaire (GMS, affineurs.). Pour les ventes à la ferme, Emmanuel Béguin préconise d´afficher des horaires. « Cela donne de la discipline aux clients ». Par contre les aiguilles du compteurs peuvent s´affoler dès qu´il s´agit d´aller chercher sa clientèle en tournée ou sur les marchés.

« Dans le département du Rhône, les producteurs fermiers font souvent deux ou trois marchés par semaine à Lyon ou dans ses environs. Cela représente un temps de travail d´environ 24 heures dont 15 heures de présence sur le marché, 6 heures de préparation et 3 heures de déplacement », souligne Pierre Desbois de la Chambre d´agriculture du Rhône.
« Les producteurs qui veulent se lancer dans une telle activité ne doivent pas perdre de vue que les marchés mobilisent le week-end. Ce n´est donc pas toujours compatible avec la recherche de temps libre. » Plus on multiplie les circuits, plus on augmente le temps consacré à la commercialisation. Ceci étant, « une fois l´activité bien développée, les producteurs ont tendance à rationaliser leur charge de travail en laissant tomber certains circuits de distribution », souligne Emmanuel Béguin.


(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière