Aller au contenu principal

Filière Lait et vente directe
Une activité gourmande en main-d´oeuvre

Souvent sous-estimé, le temps de travail est pourtant un critère prépondérant dans la réussite du projet de vente directe. La transformation de 50 000 litres de lait peut nécessiter entre 1 000 et 2 000 heures de travail par an.


«Beaucoup de vendeurs directs avouent après coup qu´ils ont sous-estimé, lors de la mise en route de leur projet, le temps de travail induit par l´activité ». Telle est l´une des principales conclusion d´une étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1).
Cette évaluation est d´autant plus difficile à réaliser précisément que de nombreux facteurs interviennent sur ce critère. Ainsi, l´activité de transformation et de commercialisation de 50 000 litres de lait peut nécessiter « entre 1 000 et 2 000 heures de travail par an selon les cas ». On passe ici du simple au double pour une même quantité de lait transformée et commercialisée. L´enquête a permis d´établir à titre indicatif un temps de travail selon l´activité.

Plusieurs critères permettent d´estimer le besoin en main-d´oeuvre. D´une façon générale, plus le volume de lait transformé augmente, plus le travail par litre de lait transformé diminue. Le temps varie également en fonction du nombre et du type de produits transformés, des circuits de commercialisation, de la fonctionnalité du local de transformation, « ainsi que de la capacité à s´organiser ». Le beurre est par exemple un produit d´appel « facile à fabriquer et peu exigeant en temps de travail ».

La production de yaourts est par contre très gourmande en main-d´oeuvre, avec un temps de travail généralement supérieur à 25 heures/1 000 litres de lait transformés. « Dans les cas extrêmes, il peut aller jusqu´à 100 heures/1 000 l », prévient Emmanuel Béguin. Lequel ajoute : « Si l´éleveur transforme 15 000 litres en yaourts, cela correspond à 1 500 heures de travail. C´est quasiment l´équivalent d´un emploi à temps plein. »
Afficher ses horaires d´ouverture à la ferme
Le temps de travail est minimum lorsque le produit est vendu à un intermédiaire (GMS, affineurs.). Pour les ventes à la ferme, Emmanuel Béguin préconise d´afficher des horaires. « Cela donne de la discipline aux clients ». Par contre les aiguilles du compteurs peuvent s´affoler dès qu´il s´agit d´aller chercher sa clientèle en tournée ou sur les marchés.

« Dans le département du Rhône, les producteurs fermiers font souvent deux ou trois marchés par semaine à Lyon ou dans ses environs. Cela représente un temps de travail d´environ 24 heures dont 15 heures de présence sur le marché, 6 heures de préparation et 3 heures de déplacement », souligne Pierre Desbois de la Chambre d´agriculture du Rhône.
« Les producteurs qui veulent se lancer dans une telle activité ne doivent pas perdre de vue que les marchés mobilisent le week-end. Ce n´est donc pas toujours compatible avec la recherche de temps libre. » Plus on multiplie les circuits, plus on augmente le temps consacré à la commercialisation. Ceci étant, « une fois l´activité bien développée, les producteurs ont tendance à rationaliser leur charge de travail en laissant tomber certains circuits de distribution », souligne Emmanuel Béguin.


(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière