Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Bretagne
Un veau meurt toutes les huit minutes

Les chambres d´agriculture de Bretagne ont dressé un état des lieux de la mortalité des veaux en élevages laitiers. En moyenne, l´objectif de moins de 10 % n´est pas atteint, mais il reste possible avec une bonne conduite.


D´après une récente étude du Pôle herbivores des chambres d´agriculture de Bretagne, le taux de mortalité des veaux laitiers entre 0 et 60 jours s´élève à 10,8 %. La Mayenne et la Vendée se situent également au dessus de l´objectif des 10 %, affichant respectivement des taux de 12,5 et 13,1 %.
« La situation n´a guère évolué depuis une quinzaine d´années, souligne à juste titre Jean-Yves Porhiel, de la chambre d´agriculture du Finistère. L´impact économique de la perte de veaux n´est pas négligeable. En Bretagne, plus de 60 000 veaux sont morts sur l´année 2004, soit un veau toutes les huit minutes ! »
D´après l´état des lieux réalisé, plus des deux tiers des veaux meurent dans les jours suivant leur naissance et un quart entre 3 et 30 jours. Autre constat alarmant : un quart des élevages laitiers bretons présente un taux de mortalité supérieur à 20 %.
Dans 35 % des élevages laitiers bretons, le taux de mortalité des veaux est inférieur à 10 %. ©S. Leitenberger

Pas d´intervention systématique au vêlage
« Nous avons analysé les pratiques des élevages présentant un faible taux de mortalité, ainsi que celles des exploitations avec un taux de mortalité supérieur à 20 %, note le technicien. Le premier groupe comportait 17 élevages et le second 63. Sur le plan technique, rien ne différencie ces deux groupes. Le premier affiche 2,3 % de veaux morts, essentiellement liés à des problèmes de vêlage. « Selon les éleveurs, il s´agit surtout de problème intervenus sur des primipares, de gros veaux ou de mauvais positionnement au moment du passage. » Dans ces élevages, le box de vêlage n´est généralement utilisé qu´en cas de nécessité d´aide au vêlage, et le matériel se situe à proximité de ce box. A la naissance, la désinfection du cordon ombilical est systématique, tout comme la distribution du colostrum dans les règles de l´art. Ces éleveurs respectent aussi des plans d´alimentation lactés et solides. Enfin, l´environnement des veaux est jugé sain.
Le second groupe présente quant à lui un taux de mortalité des veaux de 26,5 % : 10,5 % des cas proviennent de problèmes intervenus lors du vêlage et 10,5 % sont liés aux diarrhées.
Les mauvaises conditions de vêlage reflètent un manque de surveillance des éleveurs et des interventions inadaptées. « L´intervention systématique au vêlage n´apparaît pas une pratique bénéfique, rappelle Jean-Yves Porhiel. Les préconisations de distribution du colostrum ne sont pas non plus toujours respectées à la lettre. »
Parmi les autres pratiques à risques relevées dans ces élevages, citons le manque de rigueur quant aux plans lactés (quantités irrégulières, températures de distribution inadaptées), l´utilisation de concentré très fermentescible, broyé finement et non individualisé, des fourrages peu accessibles, ainsi que des conditions de logement non optimales (courants d´air, humidité, poussières.). Autant de facteurs à améliorer pour réduire le taux de mortalité des veaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière