Aller au contenu principal

Fendt Vario 312
UN VARIO SIMPLIFIÉ ADAPTÉ AUX TRAVAUX D’ÉLEVAGE

Après six jours de travail, Stéphane Dutruel et Jean-Paul Dessaix, éleveurs au Gaec La Tour à Féternes (Haute-Savoie) nous livrent leurs impressions sur le Fendt Vario 312 de 124 chevaux.

© M. PORTIER

En cabine
Une prise en main instantanée

L’espace en cabine est suffisant, mais manque un peu de largeur. La visibilité est bonne sauf pour les travaux au chargeur. La casquette dépasse sur l’avant de la cabine et il manque un toit vitré. L’insonorisation est réussie, d’autant que les montées en régime du moteur sont rares avec la boîte Vario. La finition est remarquable et cela s’applique à l’ensemble du tracteur. Les rangements sont trop limités.

Le tableau de bord est complet et très lisible. Il regroupe l’ensemble des paramètres. Les trois écrans d’affichage facilitent l’accès à l’information. Celui de gauche renseigne sur le régime moteur et de prise de force. Celui de droite indique les paramètres de la transmission. Et l’écran du milieu sert d’ordinateur de bord (consommation, superviseur de sous-régime, heures…).

La simplicité des commandes est étonnante pour un Vario, notamment celle de la transmission qui se limite à la gestion de l’avancement. Un bouton permet de choisir la progressivité et l’autre de rappeler une vitesse mémorisée. Sur le dessus, les commandes se différencient par leur couleur. Dans les détails pratiques, on note la sélection du régime de prise de force par un bouton rotatif et un relevage très simple d’utilisation. Les commandes des distributeurs sont placées trop bas. La rallonge du levier en croix pour le chargeur est trop courte. Un levier spécifique serait plus ergonomique.

La commande de l’inverseur se manipule facilement mais ne dispose pas d’une position neutre. Cela manque quand on souhaite immobiliser rapidement le tracteur. Heureusement, au chargeur, l’effet coupleur de la Vario permet de stopper l’avancement sans débrayer.

Au travail
La précision et le confort de la transmission Vario

Aux travaux à la prise de force (faneuse, faucheuse, autochargeuse…), la transmission Vario fait merveille. Après avoir ajusté le bon régime moteur, on peut faire varier la vitesse d’avancement en continu sans changement de rapport. Le Tempomat est utile pour rappeler instantanément la vitesse de travail après une manoeuvre.Tous les travaux ont été effectués au régime de prise de force 540 eco. Sur ce dernier point, la commande extérieure de la prise de force sur l’aile est très pratique lors du remplissage de la tonne à lisier. Dans l’ensemble, la facilité et la précision d’ajustement de la transmission favorisent les économies de carburant. 

La suspension de cabine et du pont avant assure un confort exceptionnel pour ce type de tracteur. La progressivité de la transmission contribue aussi au confort en supprimant tout changement de vitesse. Au transport, on roule à 40 km/h à 1800 trs/min, ça limite le bruit et la consommation. On a parfois l’impression que la transmission bride le moteur, qui est pourtant très coupleux. Les vitesses de passage dans les côtes avec la tonne ou l’autochargeuse ne sont pas exceptionnelles, mais restent d’un bon niveau.

La géométrie du chargeur limite la force d’arrachement et la stabilité du tracteur, même avec du poids sur le relevage arrière. Le chargeur a trop de porte-à-faux sur l’avant et son point de fixation sur le bâti est assez avancé. C’est la seule réelle déception de l’essai. Dommage, car excepté la visibilité en hauteur, ce tracteur compact est très maniable avec une transmission très douce (effet coupleur) et un débit hydraulique suffisant avec le couplage des pompes.

Entretien
Un accès assez bien regroupé mais sur la droite

Le filtre à air, la batterie, le niveau d’huile de transmission et la caisse à outils sont regroupés sur la droite du tracteur. Seule la jauge d’huile moteur est sur la gauche. Le filtre à air se démonte facilement, mais il faut se tenir à l’écart du pot d’échappement. Le capot de protection de la batterie et l’intégration de la caisse à outil sont bien pensés, au contraire du marchepied vertical.

Le nettoyage des radiateurs se réalise en escamotant celui de la climatisation puis en ôtant une plaque de chaque côté des radiateurs fixes. 

L’accès au filtre de cabine demande un peu d’escalade. Heureusement, son démontage est rapide.

 

LES PLUS
Confort (niveau sonore et suspensions). Agrément et efficacité de latransmission. Simplicité des commandes. Finition irréprochable.

LES MOINS
Visibilité au chargeur. Performances du chargeur. Absence de point neutre sur l’inverseur.

 

Les conditions du test
Le Gaec La Tour se situe en zone AOC Reblochon (fabrication fermière en partie), la prise en main a ainsi été réalisée en pleine période de fenaison en juin dernier. Durant les six jours, le tracteur a été mis à l’épreuve avec une faucheuse conditionneuse traînée 3 mètres, une faneuse portée 6 toupies de 7,50 mètres, une remorque autochargeuse de 40 m3. Il a également réalisé de l’épandage de lisier avec une tonne de 11 500 litres et a charrié des gravats au chargeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière