Aller au contenu principal

"Un troupeau incommodé"

Tourteau de coque de cacao
© J.-M. Nicol

"Dans un troupeau robotisé, une vache à 40 kilos de lait descend à 10 du jour au lendemain. Je l’examine en détail pour me rendre compte qu’elle est ballonnée et qu’elle salive trop, que son cœur est rapide, son rumen bien rempli mais arrêté et sa bouse est anormalement fluide sans ressembler à de l’acidose. Bizarre… car la qualité des ingrédients et le réglage de la ration autorisent une production de très haut niveau. Le trouble démarre il y a probablement 24 heures et elle n’est pas la seule malade puisque deux autres vaches enregistrent au même moment une baisse de production de 30 % avec un comportement normal. Et le reste du troupeau ? Pas de baisse de lait mais depuis un jour ou deux, certaines ont des bouses moins fermes. Il se passe donc aussi quelque chose dans ce troupeau…

Un excès de théobromine du cacao ?

Qu’est-ce qui a pu changer dans la ration ? Depuis maintenant quatre jours les vaches consomment à nouveau chacune environ 300 grammes de coques de cacao d’une nouvelle livraison. Ah, tiens, creusons la piste. Je déballonne sans difficulté la vache malade avec une question en tête… Est-ce qu’un excès de théobromine du cacao peut accélérer le transit intestinal et faire « vomir » c’est-à-dire faire refluer le contenu acide de la caillette vers le rumen au point de l’acidifier et de raréfier ses contractions ? Le service de toxicologie interrogé répond que salivation, accélération du transit, vomissements et accélération cardiaque font effectivement partie des symptômes. Cette piste pourrait être la bonne. En suspendant immédiatement la distribution, tout devrait rapidement rentrer dans l’ordre. 
Et tout est effectivement rentré dans l’ordre, la remontée en production et la fermeté des bouses. D’où vient l’erreur ? D’un tourteau de cacao trop riche en théobromine, du tourteau apporté en trop grande quantité dans la mélangeuse et/ou du tri que certaines vaches auraient pu faire ? Un dosage au labo a infirmé la première hypothèse mais depuis cet épisode le tas est resté intact et le troupeau va bien."


"Tout est effectivement rentré dans l’ordre"
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière