Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vu par le véto
Un troupeau de paramphistomes

NICHÉS ENTRE LES PAPILLES DU RUMEN,
quelques paisibles paramphistomes… Pourquoi vouloir à tout prix les déloger ?
NICHÉS ENTRE LES PAPILLES DU RUMEN,
quelques paisibles paramphistomes… Pourquoi vouloir à tout prix les déloger ?
© J.-M. Nicol
« L’autopsie d’une vache à la ferme ne sert pas qu’à préciser les causes de sa mort ; elle permet également de récupérer des infos utiles à tout le troupeau. C’est l’occasion d’inspecter le rumen pour y découvrir parfois des corps étrangers dont il est bon de tarir la source, pour jeter un oeil sur l’état des papilles ruminales, pour tomber nez à nez sur un bout de bâche ou un troupeau de paramphistomes…
Ce jour-là, ils étaient une petite centaine, rouges et dodus, tapis entre les papilles du rumen et rassemblés en petites colonies. Les paramphistomes sont des douves du rumen qui partagent avec leurs cousines du foie le même cycle et très souvent les mêmes hôtes intermédiaires, gastéropodes des zones humides qui assurent une multiplication des formes larvaires.

Contrairement à leurs cousines qui traumatisent les canaux biliaires, les paramphistomes adultes fixés par une ventouse à la paroi du rumen passent le plus clair de leur vie à siroter du jus de panse. Ils campent cinq à six ans dans le rumen quand ils ne « décrochent » pas avant, de sorte que, en l’absence de traitement, leur population s’accroît au rythme des recontaminations annuelles.

PETITES POINTURES !


La migration des larves
dans la paroi intestinale entraîne, il est vrai, mais de façon très exceptionnelle, une diarrhée parfois mortelle sur des animaux lourdement primo-infestés à l’automne, mais les adultes sont de paisibles parasites auxquels on attribue - à condition d’être particulièrement nombreux - un petit ballonnement et une baisse de production difficile à quantifier…

Alors pourquoi présenter systématiquement ces parasites comme de dangereux tueurs et vouloir à tout prix les déloger sans même en avoir contrôlé l’existence et évalué leur nombre. Savez-vous qu’il faut au moins quelques centaines d’oeufs par gramme de bouse pour qu’ils représentent une menace ?
Pendant ce temps, les douves du foie, bien plus discrètes, taraudent tranquillement et dans l’indifférence les canaux biliaires… Ne vous trompez pas de cible ! »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière