Aller au contenu principal

Un semoir monté sur un vieux vibroculteur pour sursemer

Dans le Pas-de-Calais, Pierre Deldicque a adapté son vieux semoir pour réaliser ses sursemis en un seul passage. Il apprécie la polyvalence de l’outil, sa légèreté, la rapidité du semis et l’effet minéralisation permise grâce à l’aération du sol.

 
Deldique1

1 Toute la structure d’un vieux semoir Nodet a été montée sur un vibroculteur. Pierre a coupé les éléments semeurs et les a remplacés par des descentes souples positionnées derrière chaque lame du vibroculteur, juste à l’arrière des socs. « Au départ, j’ai conçu cet outil pour sursemer les prairies. Mais il est très polyvalent, les densités semées peuvent varier de 10 à 250 kg/ha, indique Pierre Deldicque. Je l’utilise aussi bien pour semer les prairies, que les engrais verts, le triticale et le méteil. »  Sa fabrication repose sur des équipements de récupération et nécessite d’être un bon bricoleur (niveau 3-4 sur une échelle de 1 à 5).

 

Deldique2

2 Pierre a récupéré un rouleau-barre d’occasion, comme ceux qui équipent les rotatives, et l’a fixé avec deux boulons sur l'avant du semoir. « Le rouleau permet de réappuyer et de niveler le sol pour maîtriser la profondeur de semis. »

 

 

 

 

D3

3 Vingt-et-un tuyaux flexibles assurent la dépose des graines de la trémie jusqu’à la ligne de semis. « Si certains ont tendance à se détacher, on peut renforcer leur maintien en les attachant à la dent avec un boyau par exemple », précise Pierre.

 

 

 

D4

4 Un fer-plat a été soudé sur chaque dent d’origine. Celui-ci reproduit l’effet d’un couteau qui ouvre la ligne de semis. « La dent avait tendance à créer une saignée profonde et trop large, qu’il était difficile de refermer suffisamment. Le fer-plat est mieux adapté, il fait une entaille plus fine et ouvre moins la ligne de semis. » Les deux dents à l’arrière griffent le mulch, pour laisser filtrer la lumière, et ramènent de la terre sur la ligne de semis. Les graines se trouvent enterrées entre 0,5 et 2 cm de profondeur.

 

 

D5

5 À l’arrière, une roue vient rappuyer la ligne de semis. Pierre souhaite améliorer l’outil en installant un rouleau flottant (semblable à celui monté à l’avant du semoir) pour réussir à mieux rappuyer le sol derrière la ligne de semis.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
David Barbot. « C’est un mode d’élevage simple qui n’apporte que du positif. » © F. Mechekour
[Elevage bio] À l'EARL de l'Epannerie, les veaux commencent à pâturer à 15 jours
Installé en bio dans la Manche, David Barbot élève ses veaux femelles nés au printemps dans un enclos aménagé, dès l’âge de 10…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière