Aller au contenu principal

Un résultat d'analyse de mycotoxines, trois rations, trois niveaux de risque

Un même échantillon de maïs analysé peut présenter des niveaux de risque mycotoxines différents en fonction de la quantité journalière ingérée par les vaches laitières. Illustration par un cas type.

Lorsque l'éleveur dispose d'une analyse, une fois les résultats standardisés, l'étape suivante est de renseigner la quantité de maïs ingérée au quotidien.
Lorsque l'éleveur dispose d'une analyse, une fois les résultats standardisés, l'étape suivante est de renseigner la quantité de maïs ingérée au quotidien.
© Capture écran

Voici un cas type d’un échantillon d’ensilage de maïs, analysé via l’Observatoire des mycotoxines. Il est envoyé au laboratoire Capinov, partenaire de la structure. Les résultats, donnés à 88 % de matière sèche sont : 1 300 ppb pour le DON, 700 ppb pour le nivalénol et 280 ppb pour la zéaralénone. Selon les repères zootechniques de l’Observatoire, les résultats ont un seuil de toxicité intermédiaire. Mais il est important de comprendre que ces seuils varient en fonction de la quantité de maïs ingérée par jour. Dans le cas présent, trois réponses sont possibles. La situation passe d’un risque faible à un risque modéré avec une polycontamination et enfin à un risque majeur pour le troupeau.

1 - Ration avec 4,5 kg MS de maïs ingéré par jour : sans risque

Les voyants sont au vert, avec 5 850 ug/j pour le DON ; 3 150 ug/j pour le nivalénol ; 1 260 ug/j pour la zéaralénone. « Votre analyse mycotoxines n’est pas à risque et il n’y a, a priori, pas d’impact zootechnique dans votre élevage », conclut Mycorisk. Qui précise toutefois que « ces éléments peuvent changer si le fourrage à venir présente des valeurs plus élevées en mycotoxines ».

2 - Ration avec 10 kg MS de maïs ingéré par jour : risque modéré

Les voyants sont à l’orange, avec 13 000 ug/j pour le DON ; 7 000 ug/j pour le nivalénol ; 2 800 ug/j pour la zéaralénone. Conclusion de Mycorisk : « Votre situation justifie d’approfondir le risque mycotoxines avec votre conseiller, jusqu’à la mise en place possible d’une solution nutritionnelle. L’apparition de problèmes au moins 15 jours après la distribution du maïs analysé renforcerait l’hypothèse d’un impact lié aux mycotoxines. La distribution plus ancienne (supérieure à 2 mois) du fourrage à risque, du fait de l’effet cumulatif dans le temps, pourra néanmoins expliquer une réponse plus limitée face à l’apport de solutions nutritionnelles. »

3 - Ration avec 15 kg MS de maïs ingéré par jour : risque majeur

Les voyants sont au rouge, avec 20 150 ug/j pour le DON ; 10 850 ug/j pour le nivalénol ; 4 340 ug/j pour la zéaralénone. Avec cette quantité de maïs ingérée, les résultats dépassent les repères hauts. La conclusion proposée par Mycorisk est la même que celle pour une ingestion de 10 kg de matière sèche.

« Il ne faut pas s’arrêter à un résultat d’analyse d’un aliment pour évaluer le risque de contamination d’un troupeau mais bien prendre en compte l’ingestion du ou des aliments contaminés par rapport à l’ensemble de la matière sèche ingérée de la ration », conclut Jérôme Larcelet.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière