Aller au contenu principal

Un réseau anglais pour concilier pâturage et profit

Erwan Le Roux, membre du réseau. 
« Les éleveurs anglais se sont regroupés 
pour ne pas laisser les sociétés privées 
prendre le relais des instituts publics. »
Erwan Le Roux, membre du réseau.
« Les éleveurs anglais se sont regroupés
pour ne pas laisser les sociétés privées
prendre le relais des instituts publics. »
© Pasture to Profit

Pasture to Profit, tel est le nom du réseau d’échanges créé par des éleveurs anglais pour compenser la disparition des instituts de recherche publique dédiés à l’agriculture à la fin des années 1980. A l’époque le gouvernement de Margaret Thatcher avait en effet supprimé tous les crédits dans ce domaine. « Des éleveurs intéressés par les systèmes pâturants se sont regroupés pour créer ce réseau animé par un consultant privé le plus souvent venu de Nouvelle-Zélande », explique Valérie Brocard de l’Institut de l’élevage. « Les pionniers étaient très impliqués dans le développement d’un système pâturant et performant.
Ils pensaient que si les éleveurs ne se regroupaient pas, les sociétés privées prendraient le relais des instituts publics mais dans le seul but de générer et de s’accaparer la valeur ajoutée », souligne Erwan Le Roux, producteur de lait bio dans le Finistère (270 000 l de lait produits par 80 vaches sur 70 ha de SAU) et membre de ce réseau. De fil en aiguille le réseau Pasture to Profit s’est agrandi. Il rassemble 800 éleveurs répartis au Royaume-Uni et en république d’Irlande, avec des antennes en Bretagne, Australie et Nouvelle-Zélande. Les groupes locaux se composent d’une vingtaine d’élevages et organisent une réunion par trimestre où la comparaison des coûts de production est un thème systématiquement abordé. La gestion du pâturage, de la reproduction et l’hivernage en plein air des vaches taries sont aussi à l’ordre du jour. Les liens entre les groupes sont assurés via « des voyages d’études ou des échanges sur internet », précise Erwan Le Roux.

Pour en savoir plus www.pasturetoprofit.uk

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière