Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Simmental
« Un regain d´intérêt pour une vraie race mixte »

Après s´être installée dans l´Est de la France, la Simmental fait maintenant des émules dans le Massif central et le Grand Ouest.


Baptisée Simmental en 1993, cette race originaire de Suisse a d´abord été connue en France sous les noms de Tachetée de l´Est, puis Pie Rouge de l´Est. Elle a subi dans les années 1970-1980 « une grosse chute d´effectifs dû à un délaissement des races mixtes au profit des races laitières ou bouchères spécialisées », souligne Hervé Vignon, directeur de l´Upra. La race a été relancée grâce au développement sur le Massif Central et notamment la zone de Laguiole en Aveyron, dans les années 1990. « D´où l´organisation du Spécial le 5 octobre à Cournon, » dans le cadre du Sommet de l´Elevage 2006.
Ce regain d´intérêt pour la Simmental s´explique par « sa rusticité, la qualité de son lait (rapport TP/TB) et sa capacité à très bien valoriser les fourrages grossiers ». Ses aptitudes « ont été déterminantes dans le choix de la Simmental avec l´Aubrac dans le cahier des charges de l´AOC Laguiole. »

La race poursuit actuellement son développement dans l´Ouest où « les éleveurs la découvrent depuis notre présence au Space ». Un syndicat du Grand Ouest a été créé en 2005. On dénombre aujourd´hui un peu plus de 600 vaches contrôlées en Bretagne et Pays de la Loire, réparties dans 77 élevages. Entre 2001 et 2005, le nombre de génisses vendues dans l´Ouest a été multiplié par 10 (de 23 à 237).
Le nombre de vaches contrôlées a progressé de 259 têtes pour dépasser la barre des 14 000 animaux lors de la campagne 2004-2005. La moyenne de production laitière a augmenté de 259 kg pour atteindre 5610 kg (+5 %) en 289 jours de lactation.
Sans nier l´impact d´une meilleure qualité des fourrages par rapport à la campagne 2003-2004, l´Upra voit dans cette hausse le fruit d´un travail de sélection mené avec « les meilleures souches européennes ». La race bénéficie d´un large noyau de sélection en Europe avec pas moins de 700 taureaux testés tous les ans, principalement en Allemagne et en Autriche.
Les éleveurs bénéficient d´un catalogue avec environ dix à quinze taureaux français, complétés d´une dizaine d´allemands et autrichiens et de quelques suisses.
Race Simmental, des animaux qui séduisent par leur mixité, leur douceur, leur rusticité et leur potentiel de production. ©A. Conté

Plus de 700 taureaux testés par an
Victime de son succès, la Simmental n´arrive pas toujours à répondre à la demande en génisses. « On oriente parfois les éleveurs vers l´Allemagne et l´Autriche. Mais comme les animaux ne sont pas nés en France, la valorisation des réformes est moins bonne. »
En 2005, le prix de vente moyen des génisses pleines vendues par le groupement s´est élevé à 1336 euros.

Contacts :
UPRA et Groupement de Producteurs Simmental Française,
11 rue Henri Becquerel, 21000 Dijon - Tél. 03 80 28 95 49 - Fax 03 80 72 09 68.
upra.simmental.francaise@wanadoo.fr
www.uprasimmental.com.
Unité de Sélection Simmental, Domaine de Haguemulhe,
68140 GUNSBACH - Tél. 03 89 77 36 74 -
Fax 03 89 77 00 13
unitesimmental@alsacegenetique.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière