Aller au contenu principal

Production laitière du Canada
Un quota ajusté aux besoins du marché intérieur

A l´opposé du système néo-zélandais qui mise tout sur le marché mondial, la filière laitière québecquoise gère l´offre en fonction du marché intérieur.


L´assemblée générale des producteurs de lait organisée les 20 et 21 mars au Puy-en-Velay en Haute-Loire a permis de mieux connaître les conceptions radicalement opposées en matière de production laitière des Québecquois et des Néo-zélandais. Nous vous livrons ici la position québecquoise, au travers des propos d´André Belzile, directeur adjoint de la Fédération des producteurs de lait du Québec. La position néo-zélandaise fait l´objet d´un autre article.

Mise en marché collective
Avec 3 milliards de litres de lait, le Québec est la province du Canada qui a de loin la production laitière la plus importante.
« Le quota global au Canada est ajusté aux besoins du marché interne, a expliqué André Belzile. Chaque province reçoit sa part de quota. La part de quota du Québec est de 47 % ; auquel on ajoute le besoin en lait à boire pour obtenir le quota provincial. Celui-ci est réparti aux producteurs en kilos par jour de matière grasse. » Le quota peut être cédé en même temps que l´entreprise ou vendu indépendamment. Le système est centralisé avec une vente mensuelle de quota.
« Au Québec, la mise en marché est collective. Il y a un unique vendeur qui vend le lait aux cent usines du Québec. » Le prix est négocié pour toutes les usines par la fédération des producteurs de lait du Québec pour les cinq classes de lait existantes (1). Tous les producteurs sont donc payés au même prix moyen du mois (moyenne des cinq classes). De même, la fédération négocie avec une centaine d´entreprises de transport, le coût de transport du lait qui est à la charge des producteurs ; il est le même pour tous.

Pas de distorsion de concurrence
L´enjeu pour le Canada à l´OMC est donc « de faire reconnaître que la gestion de l´offre et la mise en marché collective ne créent pas de distorsion de concurrence. Pour nous, elles n´ont que des avantages. Elles nous permettent de garder des exploitations de taille « petite ». Et d´avoir des prix payés aux producteurs qui suivent la même courbe que les prix aux consommateurs, contrairement à ce qui se passe aux États-Unis. Pour nous, mondialisation ne signifie pas déréglementation du commerce. »


(1) fonction de la destination du lait
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière