Aller au contenu principal

Enquête machinisme
Un questionnaire en concessions pour améliorer les échanges avec les concédants

Depuis trois ans, un questionnaire est remis aux adhérents du Sedima. Les réponses formulées tiennent compte des améliorations apportées au cours de cette période.


Depuis 2005, les concessionnaires français de dix marques de tracteurs sont consultés à un moment précis de l´année civile par le Sedima(1) de façon à cerner leurs appréciations sur leur(s) concédant(s) « tractoriste(s) ».
Cinquante-deux questions, sur dix thèmes, sont notées anonymement par les concessionnaires adhérents au Sedima : impact de la marque, commercialisation des tracteurs, commercialisation des pièces détachées, service après-vente et garanties, services informatiques, publicité et supports produits, procédures et délais de paiement, information, les hommes, relations entre constructeur et concessionnaire, aide à la profitabilité ; et depuis 2007, les améliorations constatées depuis deux ans.
Il est extrêmement difficile de résumer et d´extrapoler à partir des réponses significatives obtenues : 347 en 2007 contre 369 en 2006 sur un envoi de 530 à 540 questionnaires, adressés aux concessionnaires. Les réponses issues du réseau de distribution de dix marques de tracteurs permettent d´établir un indice de satisfaction représentatif.
Hélène Chauvin, présidente du Sedima : « Ce baromètre de satisfaction des concessionnaires a pour objectif d´améliorer les échanges entre concessionnaires et concédants. »

Améliorations pour tous
En réalisant une moyenne des notes générales par marque, sur les trois années écoulées, les concessionnaires Valtra (moyenne de 14,13 sur 3 ans), Fendt (13,4 sur 3 ans) et Massey Ferguson (11,61 sur 3 ans) semblent apprécier leur partenariat avec leur concédant.
Cette photographie des échanges entre concessionnaires et constructeurs, vue par les concessionnaires, « ne traduit aucune valeur d´une marque ou d´un réseau auprès du client final, » précisent Hélène Chauvin et Michel Bombon, respectivement présidente et secrétaire général du Sedima. L´objectif de cette démarche est « d´essayer de faire améliorer les échanges croisés entre concessionnaires et concédants, pour le bénéfice des deux », ajoutent les représentants du Sedima.

Certains thèmes analysés par le concessionnaire (un peu moins de la moitié des 52 questions posées cette année) peuvent avoir un impact plus ou moins direct sur l´utilisateur final : fiabilité des tracteurs du constructeur, efficacité de l´assistance technique du constructeur, respect des délais de livraison par le constructeur, disponibilité des pièces chez celui-çi, qualité des formations dispensées par le constructeur (commerciales, pièces et services après vente), respect des engagements, pouvoir de règlement des litiges par vos interlocuteurs.
Faire évoluer le partenariat
En revanche, chaque concessionnaire et chaque direction (française, européenne et mondiale) de sa marque prend connaissance de la note et du classement, obtenus pour chacune des 52 questions, dont « l´objectif réel est bien de faire évoluer le partenariat entre concessionnaires et concédants », qui est le souhait des responsables du Sedima, à travers cette enquête.

(1) Sedima : Syndicat national des entreprises de services et de distribution du machinisme agricole.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière