Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un projet structurant bâti en cinq ans

Une nouvelle coopérative Les Fruitières de Savoie  a vu le jour. Issue de la fusion de quatre coopératives, elle collecte 48 millions de litres de lait auprès de 161 producteurs.

En Savoie et Haute-Savoie, ce sont les coopératives laitières qui sont propriétaires des outils de transformation; ils sont mis à disposition d’un fromager qui fabrique et commercialise les fromages. Il a fallu l’abandon en 2011 d’une coopérative par son fromager pour enclencher la réflexion qui a abouti en février dernier à la naissance des Fruitières de Savoie. Quinze millions de litres de lait se sont retrouvés du jour au lendemain sans débouchés ; la solidarité a joué et le lait a été réparti entre trois fruitières voisines qui travaillaient toutes trois avec le même fromager Chabert. « Nous avons alors constitué une association pour imaginer une solution structurante et travailler tous ensemble avec un seul fromager», raconte Sébastien Grange, président de la nouvelle coopérative.

Cinq sites spécialisés par type de fabrication ou (suivant la photo choisie : Huit millions d’euros ont été investis en trois ans par les producteurs

Pour obtenir une meilleure valorisation, les ateliers de transformation ont été spécialisés par type de fabrication. Les Fruitières de Savoie disposent de cinq sites : un site AOP (Abondance, Tome des Bauges), trois sites IGP (Emmental, Tomme de Savoie, et Gruyère France/Tomme de Savoie), et un cinquième site dédié à des fromages de diversification et habilité en bio. Huit millions d’euros ont été investis en trois ans par les producteurs. Notamment sur le site de diversification où deux nouvelles lignes de fabrication ont été installées, l’une pour une pâte pressée cuite (Cœur de Savoie), l’autre pour des fabrications "type pâte molle", « une première en Savoie ». La fabrication de la pâte molle a démarré il y a six mois avec un objectif à trois millions de litres.

« Nous travaillons en partenariat étroit avec notre fromager, qu’il s’agisse du projet ou du prix du lait, » insiste Sébastien Grange. La coopérative a un contrat de vente de lait annuel avec lui. C’est lui qui assure la collecte du lait et gère tout le personnel. En revanche la coopérative est propriétaire des tanks à lait. Elle emploie un administratif à mi-temps partagé avec la fromagerie Chabert, en charge de la préparation des payes de lait. La facturation est déléguée à un centre de gestion.

En 2016 un prix A à 410 €/1000 l en IGP et à 500 €/1000 l en AOP

La zone de collecte de la coopérative couvre environ 40% de la zone IGP des Savoies ; l’essentiel du lait est valorisé en IGP. Seule une vingtaine d’exploitations, soit 5 millions de litres, sont en zone AOP. Côté prix du lait, la coopérative a réussi à maintenir des prix stables par rapport à 2015 après des hausses en 2013 et 2014. « Les marchés des fromages sont stables ou légèrement positifs. La ligne fixée en 2016 pour le prix du lait avant effet qualité (prix A) est de 410 €/1000l en IGP ou fromages de diversification; elle est de 500 €/1000l en AOP et 530 €/1000 l en bio. Il peut y avoir des petits ajustements en cours d’année", précise Sébastien Grange.

La coopérative régule la production de lait en concertation avec son fromager. « Nous avons un système de double volume, avec une référence A liée à son marché et un volume B pour le lait de dégagement. Les fromages de diversification évitent d’aller trop vers les marchés de dégagements, tout en protégeant les fromages sous signes de qualité. Il n’y a pas eu de B pendant deux ans. Nous avons du B à 300 € sur les six premiers mois de 2016 car la production a été très dynamique en 2015. En règle générale, le B représente 10% des volumes».

Quant à l’offre de fromages, elle est régulée au niveau de la filière, comme le permet le "paquet lait". « Tous nos syndicats de produits ont mis en place ou sont en train de mettre en place des RRO (Règles de régulation de l’offre)».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« J’ai mis sous le même toit tous les animaux à risques »
Au Gaec Holstein Alliance, dans les Côtes-d’Armor, les génisses en post-sevrage ou en transition alimentaire, les taries, les…
Vignette
On peut faire carrière dans l’AOP saint-nectaire !
La filière saint-nectaire manque de bras aussi bien dans les exploitations qu’en entreprises. Depuis deux ans, elle se mobilise…
Un nouvel ISU en race Prim’Holstein
L’OS Prim’Holstein a fait évoluer la formule de l’ISU. La nouvelle mouture sera appliquée lors de l’indexation d’avril 2020.
Vignette
MSD santé Animale - Un système de rappels SMS

Le laboratoire MSD lance une plateforme de rappels SMS pensé pour les vétérinaire et leurs éleveurs dans une démarche d’…

Steyr Konzept – Un concept de tracteur hybride
Machinisme
Le tractoriste autrichien présente un concept-tractor futuriste aussi bien dans son design que dans la technologie embarquée.
Vignette
Agriculture : la transmission est un défi de taille pour les territoires
L'attractivité des métiers et l'accompagnement des cédants sont deux grands axes d'actions des OPA, laiteries, collectivités...…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière