Aller au contenu principal

Un programme robot et pâturage de précision

Avec Autograssmilk, six pays(1) s’associent pour mettre au point des systèmes de production innovants et durables.

© Autograssmilk

Démarré en janvier 2013, le nouveau programme de recherche Autograssmilk a pour objectif de réussir l’intégration du robot de traite dans les systèmes de production pâturants. Il associe éleveurs, techniciens et chercheurs de six pays européens et s’appuie sur des fermes expérimentales (en France —Derval et Trévarez —, en Suède, aux Pays-Bas et au Danemark) et des fermes pilotes. « L’idée est d’aboutir à un mode d’emploi optimisé du robot dans des systèmes très différents, allant du système irlandais tout herbe au système suédois où le pâturage se limite à une obligation de sortie des vaches pour leur bien-être », résume Valérie Brocard, de l’Institut de l’élevage.

Un projet sur trois ans en quatre volets


1- La mise au point de solutions pratiques pour mieux valoriser l’herbe destinées à faciliter le quotidien des éleveurs. « Il s’agit de mettre au point des outils de mesure rapide des quantités d’herbe disponibles utilisant les nouvelles technologies de précision. Nous allons étudier par exemple sur différents sites une lecture laser (déjà utilisée en tracté sur quad en Australie), ou équiper des animaux de stations de capteurs. Nous avons aussi des contacts avec un fabriquant de drone proposant une lecture de la densité infrarouge pour évaluer la densité de l’herbe (qui existe déjà en céréales). Il s’agit aussi d’évaluer les pertes d’énergie au niveau des vaches liées au pâturage : est-ce vraiment intéressant de les faire pâturer et à quelles conditions ? Pour cela nous allons mesurer les distances parcourues, les périodes d’activité… »


2 - La préconisation d’un mode d’emploi au quotidien du robot au pâturage dans les différents systèmes : à quelle heure distribuer la ration, faut-il aller chercher les vaches et combien de fois, quel type de fourrages, de concentrés et à quel endroit les distribuer ? « Nous allons comparer l’impact sur la fréquence de traite mais surtout sur la quantité de lait totale. C’est celle-ci qui importe au final : on n’a pas du tout le même objectif de fréquence de traite en Irlande (1,5-1,6) ou aux Pays-Bas (2,5 voire 3). »


3 - Une méthode commune d’évaluation de la durabilité des systèmes  avec la mise en ligne d’un outil de décision.


4 - Le développement d’un outil d’optimisation économique en ligne.


(1) Belgique, Danemark, France, Irlande, Pays-Bas, Suède.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière