Aller au contenu principal
Font Size

Pathologie bovine
Un pédiluve à sec fait ses preuves pour lutter contre la maladie de Mortellaro

Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois 
après le début du protocole.
Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois
après le début du protocole.
© DR

Il n’existe pas actuellement de solutions pour faire disparaître la maladie de Mortellaro dans un élevage atteint. En revanche, les travaux menés par Anne Relun, de l’Ecole vétérinaire de Nantes (Oniris-Inra) et de l’Institut de l’élevage entre 2009 et 2012 montrent
qu’il est possible « en combinant rigoureusement plusieurs leviers d’obtenir une amélioration durable et satisfaisante de la situation dans l’élevage », rappelle GDS Bretagne. Il s’agit de combiner la propreté des pieds (pas de sols humides ou souillés), avec des parages réguliers, la détection et le traitement individuel local de façon systématique et enfin la désinfection collective par pédiluve liquide ou pulvérisation « à la fréquence stricte de deux jours consécutifs tous les quinze jours ».



Un produit simple à utiliser

 

GDS Bretagne a poursuivi l’étude, avec Oniris, pour tester une alternative aux pédiluves liquides à savoir le produit Saniblanc Litières, un pédiluve à sec. « Nous avons obtenu des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois après le début du protocole », explique Ivanne Leperlier, de GDS Bretagne, qui précise : « ce produit a l’avantage d’être simple à utiliser (même en robot) et de ne pas provoquer d’appréhension chez les vaches, ce qu’on observe parfois avec les pédiluves liquides ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière