Aller au contenu principal

Pathologie bovine
Un pédiluve à sec fait ses preuves pour lutter contre la maladie de Mortellaro

Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois 
après le début du protocole.
Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois
après le début du protocole.
© DR

Il n’existe pas actuellement de solutions pour faire disparaître la maladie de Mortellaro dans un élevage atteint. En revanche, les travaux menés par Anne Relun, de l’Ecole vétérinaire de Nantes (Oniris-Inra) et de l’Institut de l’élevage entre 2009 et 2012 montrent
qu’il est possible « en combinant rigoureusement plusieurs leviers d’obtenir une amélioration durable et satisfaisante de la situation dans l’élevage », rappelle GDS Bretagne. Il s’agit de combiner la propreté des pieds (pas de sols humides ou souillés), avec des parages réguliers, la détection et le traitement individuel local de façon systématique et enfin la désinfection collective par pédiluve liquide ou pulvérisation « à la fréquence stricte de deux jours consécutifs tous les quinze jours ».



Un produit simple à utiliser

 

GDS Bretagne a poursuivi l’étude, avec Oniris, pour tester une alternative aux pédiluves liquides à savoir le produit Saniblanc Litières, un pédiluve à sec. « Nous avons obtenu des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois après le début du protocole », explique Ivanne Leperlier, de GDS Bretagne, qui précise : « ce produit a l’avantage d’être simple à utiliser (même en robot) et de ne pas provoquer d’appréhension chez les vaches, ce qu’on observe parfois avec les pédiluves liquides ».

Les plus lus

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière