Aller au contenu principal

Le bon geste
Un parc stabilisé d’hivernage étanche

Aménagé sur une surface bitumée, le parc stabilisé étanche reste une solution économe pour loger vaches taries et génisses en hiver.

© CA Vendée

1 - Définir l’emplacement du parc


L’aménagement d’un parc stabilisé d’hivernage respecte les mêmes règles de construction qu’un bâtiment d’élevage. Le parc est situé sur une zone constructible et respecte la distance légale vis-à-vis des tiers. Évitez les zones sensibles (cours d’eau, village…). L’implantation du parc doit tirer profit des pentes naturelles pour favoriser l’écoulement et la gestion des effluents. L’utilisation de pompes est une solution qui reste coûteuse. Les espaces déjà protégés du froid et des courants d’air, par des haies par exemple, sont propices. Enfin, l’emplacement sera choisi afin de faciliter la gestion des circuits (paillage, alimentation…) et le travail quotidien.


2 - Réaliser le terrassement


Le terrassement doit être effectué d’après un plan du parc très précis. Ce dernier indique les pentes (2,5 % minimum), les côtes, les niveaux, la position des barrières, des auges, des abreuvoirs et des dispositifs de contention. À ce stade, les canalisations et les supports de poteaux sont positionnés. Le terrassement d’un parc stabilisé d’hivernage suit les mêmes principes que celui d’un bâtiment traditionnel. Il s’adapte au sol et au relief. Son coût est donc très variable et fonction du décaissement (ou encaissement), de sa mise en forme et de son compactage. La zone de terrassement doit être beaucoup plus large que celle réservée au parc. Réservez cinq à dix mètres en pourtour. Le terrain se tiendra mieux et vous pourrez circuler avec des engins.


3 - Mettre en place le béton et l’enrobé


Les zones bétonnés sont réalisées en priorité. Il s’agit de l’auge et de la marche de l’auge. Par souci d’économie, la bordure de l’auge peut être réalisée avec de simples madriers en bois. L’enrobé doit être mis en place par des entreprises qui offrent des garanties, notamment sur la tenue du produit (garantie de durabilité). Notons qu’il existe de multiples règles à respecter pour la réalisation d’une surface enrobée (pourcentage de bitume, épaisseur, nature du bitume, conditions de mise en oeuvre, etc). La phase de séchage dure soixante jours.


4 - Installer barrières et abreuvoirs


La dernière phase consiste à installer les barrières et les abreuvoirs. Il est judicieux de prévoir un système de contention des animaux. Le parc stabilisé d’hivernage peut servir de triage, de logement ou encore de zone d’alimentation temporaire pendant l’été. Pensez à installer des barrières pivotantes pour contenir les animaux de part et d’autre pendant le curage. Les barrières doubles de cinq mètres conviennent parfaitement. Elles sont fixées sur des poteaux qui permettent de les ouvrir dans tous les sens.

Sandra Roupnel, en collaboration avec la chambre d'agriculture de Vendée et l'Institut de l'élevage (Etude sur les bâtiments simplifiés innovants et économes).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière