Aller au contenu principal

Le bon geste
Un parc stabilisé d’hivernage étanche

Aménagé sur une surface bitumée, le parc stabilisé étanche reste une solution économe pour loger vaches taries et génisses en hiver.

© CA Vendée

1 - Définir l’emplacement du parc


L’aménagement d’un parc stabilisé d’hivernage respecte les mêmes règles de construction qu’un bâtiment d’élevage. Le parc est situé sur une zone constructible et respecte la distance légale vis-à-vis des tiers. Évitez les zones sensibles (cours d’eau, village…). L’implantation du parc doit tirer profit des pentes naturelles pour favoriser l’écoulement et la gestion des effluents. L’utilisation de pompes est une solution qui reste coûteuse. Les espaces déjà protégés du froid et des courants d’air, par des haies par exemple, sont propices. Enfin, l’emplacement sera choisi afin de faciliter la gestion des circuits (paillage, alimentation…) et le travail quotidien.


2 - Réaliser le terrassement


Le terrassement doit être effectué d’après un plan du parc très précis. Ce dernier indique les pentes (2,5 % minimum), les côtes, les niveaux, la position des barrières, des auges, des abreuvoirs et des dispositifs de contention. À ce stade, les canalisations et les supports de poteaux sont positionnés. Le terrassement d’un parc stabilisé d’hivernage suit les mêmes principes que celui d’un bâtiment traditionnel. Il s’adapte au sol et au relief. Son coût est donc très variable et fonction du décaissement (ou encaissement), de sa mise en forme et de son compactage. La zone de terrassement doit être beaucoup plus large que celle réservée au parc. Réservez cinq à dix mètres en pourtour. Le terrain se tiendra mieux et vous pourrez circuler avec des engins.


3 - Mettre en place le béton et l’enrobé


Les zones bétonnés sont réalisées en priorité. Il s’agit de l’auge et de la marche de l’auge. Par souci d’économie, la bordure de l’auge peut être réalisée avec de simples madriers en bois. L’enrobé doit être mis en place par des entreprises qui offrent des garanties, notamment sur la tenue du produit (garantie de durabilité). Notons qu’il existe de multiples règles à respecter pour la réalisation d’une surface enrobée (pourcentage de bitume, épaisseur, nature du bitume, conditions de mise en oeuvre, etc). La phase de séchage dure soixante jours.


4 - Installer barrières et abreuvoirs


La dernière phase consiste à installer les barrières et les abreuvoirs. Il est judicieux de prévoir un système de contention des animaux. Le parc stabilisé d’hivernage peut servir de triage, de logement ou encore de zone d’alimentation temporaire pendant l’été. Pensez à installer des barrières pivotantes pour contenir les animaux de part et d’autre pendant le curage. Les barrières doubles de cinq mètres conviennent parfaitement. Elles sont fixées sur des poteaux qui permettent de les ouvrir dans tous les sens.

Sandra Roupnel, en collaboration avec la chambre d'agriculture de Vendée et l'Institut de l'élevage (Etude sur les bâtiments simplifiés innovants et économes).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière