Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[ASTUCE] Un palan sur rail pour lever les pattes arrière des bovins

Dans la Loire, Patrice Chazelle (Ferme d’Epezy) a installé un palan électrique à l’arrière du cornadis pour lever les pattes arrière des vaches, et fabriqué un support de cornadis pour les pattes avant.

 

 
1 L’éleveur a installé un rail de portail de 5 m de long à une extrémité du cornadis. Il est solidement fixé sur la panne d’un plafond de bois par des équerres tous les 50 cm. Il est positionné à l’aplomb de la queue des vaches quand elles sont bloquées. Le palan électrique (500 kg de capacité de levage) à télécommande filaire est boulonné sur des roulettes de guidage.

 

 

 
2 Pour lever la patte, l’éleveur passe une sangle au niveau du jarret et l’accroche au crochet du câble de treuil. Il peut alors lever la patte jusqu’à ce que l’animal n’ait plus envie de bouger. « Il faut se mettre sur le côté jusqu’à ce que la vache ne puisse plus jeter le pied. Depuis dix ans j’utilise ce système, et je n’ai jamais pris de coup », assure-t-il.

 

 

 
3 La longueur de cornadis correspondant au rail permet de bloquer sept vaches. Il est préférable de remplir toutes les places et de mettre la vache à traiter entre deux bêtes. Ainsi, elle est tranquillisée et n’est pas tentée de se déplacer d’un côté ou de l’autre. L’éleveur utilise cette installation pour parer quelques vaches. Quand il doit en faire un grand nombre, il fait venir un professionnel équipé d’une cage.

 

 

 
4 Pour les pieds de devant, il a fabriqué un support avec de la cornière qui se fixe sur la barre fixe du cornadis par deux colliers. Notez le renfort au-dessous du support. La patte est posée sur une pièce de bois à profil creux et attachée par une sangle. Celle-ci forme une boucle au niveau du boulet puis s’enfile dans un trou du support bois avant d’être enroulée autour de la patte. Toute la difficulté est de trouver le bon angle du support par rapport au cornadis (qui est oblique dans le cas présent). « Du coup, je fais les pieds de devant tout seul », dit l’éleveur. Son vétérinaire s’est fabriqué le même !
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Vignette
Apprenez à reconnaître les cinq stades cliniques de Mortellaro
Ne vous laissez pas rebuter par la complexité de la maladie. Comprendre et savoir identifier les formes actives…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière