Aller au contenu principal

Un outil innovant d’accompagnement à l’installation

En Loire-Atlantique, la Coopérative d’installation en agriculture paysanne a développé trois formes d’accompagnement à l’installation des projets hors cadre classique.

CLAIRE LAVAUR : « Depuis
sa création,
la CIAP a
accompagné
41 projets, dont
10 en lait,
30 sont
actuellement
en cours. »
CLAIRE LAVAUR : « Depuis
sa création,
la CIAP a
accompagné
41 projets, dont
10 en lait,
30 sont
actuellement
en cours. »
© CIAP

Créée en 2012 par la structure d’appui et conseil Cap 44, la Coopérative d’installation en agriculture paysanne (CIAP) est née du besoin d’accompagnement de certains porteurs de projet. « Des outils d’accompagnement à l’installation existent déjà pour la reprise d’exploitation, constate Claire Lavaur, de la CIAP. Mais il y avait un manque pour certaines situations, notamment pour des installations hors cadre familial avec recherche de foncier, pour des reconversions professionnelles ou pour la réorientation d’exploitations existantes. »

En 2012, avec l’appui du Conseil régional Pays de la Loire, du Conseil général de Loire-Atlantique et de Nantes Métropole, la CIAP est donc créée d’abord sous forme associative puis de Société coopérative d’intérêt collectif(1).

Elle propose trois formes d’accompagnement. La première est le Stage paysan créatif d’un an pendant lequel le candidat développe son projet sur le territoire où il veut s’installer. L’essentiel correspond à un stage pratique dans une entreprise d’accueil (paysan référent) et éventuellement sur le futur site d’installation. « Le candidat choisit un ou deux agriculteurs référents qui vont l’aider à mettre en place son projet et l’introduire dans les réseaux professionnels du territoire » précise Claire Lavaur.

Le candidat peut aussi constituer un groupe d’appui local réunissant des personnes ressources, agriculteurs, élus, citoyens engagés… L’autre partie du stage (200 h) correspond à un accompagnement par les deux salariés de la CIAP, à sept journées de formation aux compétences entrepreunariales et éventuellement à des formations techniques assurées par d’autres structures. Pendant le stage, le candidat a le statut de stagiaire de la formation professionnelle et est indemnisé par Pôle emploi ou par la Région.

Portage temporaire du projet

Un autre outil est le portage temporaire du projet. « L’idée est que le porteur de projet puisse commencer à avoir une activité économique, à développer ses débouchés, sans avoir à s’installer immédiatement » souligne Claire Lavaur. La CIAP assure l’hébergement juridique, administratif et commercial de l’activité. Elle peut aussi apporter 30 000 € d’investissement et 10000 € de fonds de roulement, ce qui permet au candidat de décaler ses investissements. Pendant cette période, s’il n’est plus en stage de la formation professionnelle, il est en Contrat d’appui au projet d’entreprise et perçoit les revenus sociaux auxquels il a droit et éventuellement une rémunération qui évolue selon le chiffre d’affaires réalisé. En fin de contrat, le candidat rembourse les avances faites et paie une participation forfaitaire aux frais de gestion (500 €), ainsi que 3,5 % d’intérêts bancaires et 3,5 % du chiffre d’affaires. Quatre candidats bénéficient actuellement de ce portage, trois se sont installés en 2013 après en avoir bénéficié et deux autres vont bientôt intégrer le dispositif.

Enfin, un autre outil créé récemment pour le maraîchage bio (mais qui pourrait peut-être à l’avenir être étendu à d’autres productions) est la mise à disposition d’un espace test de trois hectares sur lequel le candidat peut tester sa production pendant 1 an.

(1) Son budget est de 100 000 euros avec 50% de financements publics. Le reste est financé par les porteurs de projets (frais de gestion) et par des fondations privées.

Odile Boré, porteuse de projet

« Je souhaite m’installer en transformation laitière et circuits courts en reprenant une ferme de 40 hectares que je veux réorienter dans ce sens. J’ai déjà été installée en système classique et j’avais bénéficié d’un stage de parrainage. Mais le Stage paysan créatif m’apporte plus d’ouverture et me permet de mettre en place mon projet sans avoir à m’installer. Je souhaite avoir deux paysans référents, le cédant et un autre pour me former à la transformation et à la vente directe.

J’ai aussi constitué un groupe d’appui local qui comprend pour l’instant deux jeunes installés dont un est aussi consommateur de produits locaux. Et je veux utiliser le portage temporaire. Cela me permettra de commencer à transformer du lait que j’achèterai au cédant et à vendre des produits sans avoir à créer d’entreprise alors que je ne sais comment cela va se passer. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière