Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un nouveau concept pour rafraîchir les vaches

Un système « intelligent » de pulvérisation permet de faire supporter aux vaches les périodes de forte chaleur.

Les vaches laitières sont adaptées au climat océanique tempéré. Une température de 22 °C avec une humidité de l’air de 50 % leur permet d’exprimer leur potentiel ; au-delà, cela se complique. Les performances se dégradent au fur et à mesure que la température et l’humidité augmentent. Après huit heures passées à 28 °C, on enregistre une perte de production de 2,5 litres de lait et une baisse des performances de reproduction de l’ordre de 10 points du taux de réussite à l’insémination.

La société Delaval propose un nouveau concept breveté, baptisé « Cow cooling », littéralement « rafraîchir les vaches ». Il repose sur le principe suivant : des gouttelettes d’eau sont pulvérisées sur le dos des vaches, puis l’eau, qui s’évapore sous un flux d’air, les rafraîchit.

Un dispositif économe en eau

À la base, un tuyau métallique longe le cornadis, légèrement en retrait à 2 mètres de haut, et portant des buses qui projettent de l’eau sur une zone à 180°. Le but est d’humidifier les animaux du garrot à la queue, mais pas la tête. Au-dessus de l’aire où stationnent les vaches, une chaîne de ventilateurs propulse de l’air à une vitesse modérée, l’équivalent d’une petite brise de 10 km/h. Le tout est piloté par une centrale qui analyse les valeurs du capteur et adaptera le déclenchement aux conditions de milieu. Le système se met en route soit lorsque des vaches se présentent au cornadis, soit à intervalles prédéterminés.

La centrale qui gère le dispositif se base sur la valeur du THI, un index qui intègre chaleur et humidité. L’index est le même à 23 °C et 90 % d’humidité qu’à 29 °C et 10 %. Le seuil au-delà duquel les vaches pâtissent du chaud est de 68 unités. Il est possible d'ajuster le temps de pulvérisation et les intervalles de pause, ce qui permet d’éviter que les vaches ne stationnent trop longtemps au même endroit par exemple, et d’ajuster à la chaleur.

Éviter que les vaches stationnent longtemps

« On ne cherche à mouiller ni la ration, ni l’aire de circulation ; il existe des dispositifs spécifiques pour cela. Le dispositif est économe en eau, précis dans les zones humidifiées. Les vaches utilisent le système un peu comme une brosse », explique Mathieu Estivaux, responsable Sud-Est Delaval. Comme la zone d’attrait est le cornadis, l’appétit est retrouvé. D’autres zones peuvent être équipées, comme l’aire autour du robot. En salle de traite classique, une atmosphère fraîche au cornadis incite les vaches à venir se faire traire si ensuite elles savent qu’elles y ont accès.

« Ce système  est une façon de prendre soin des vaches, d’allier confort, productivité et longévité. » Du cocooning en quelque sorte pour éleveurs prévenants avec leur troupeau. Fini les baisses de production pendant les fortes chaleurs.

Deux demi-zones de 60 vaches

Aurélien Jay est l’un des premiers à avoir équipé sa stabulation. Installé en Isère, en Gaec avec deux associés, il gère un troupeau de 120 vaches montbéliardes avec deux robots de traite. Le capteur d’ambiance est installé au-dessus de la porte de tri. L’auge des laitières est divisée en deux demi-zones, chacune d’entre elle surveillée par un faisceau lumineux. Quand une laitière coupe le rayon, la pulvérisation se déclenche pendant 5 secondes et s’interrompt 5 minutes.

« Nous pensons prolonger le système au reste du bâtiment, notamment au box des taries », précise-t-il, en ajoutant : « même nous, cet été, on se sentait bien sous la pulvérisation ! ». Sur son exploitation, une autre série de ventilateurs complète le dispositif : au-dessus de l’aire paillée, ils renouvellent l’air, et chassent l’humidité en hiver.

Côté éco

À partir de 15 000 € HT pour 60 vaches pour :

la pulvérisation,
la régulation (centrale, capteur d'ambiance, faisceaux lumineux),
les ventilateurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Allo véto : Et si c’était du tétanos ?
Le tétanos est dû à la production d’une toxine par Clostridium tetani dans les tissus infectés. On en observe régulièrement suite…
Les Hauts-de-France sont soumis à un régime d'information, après deux ans de régime d'autorisation.  © C. Pruilh - archives
Retour à la souplesse pour les prairies permanentes dans les Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, le niveau de dégradation des surfaces en prairies permanentes s'est amélioré…

Clément et Denis Chayriguès. Le Gaec produit 630 000 litres de lait pour la filière AOP bleu des causses et élève 220 brebis qui produisent de l’agneau label rouge. © B. Griffoul
« J'utilise beaucoup de semences sexées »
Le Gaec Chayriguès, en Aveyron, est un des piliers de la race Brune. Au-delà de la passion pour la génétique, c’est l’intérêt…
Vignette
« Avec 9 000 l/vache, notre exploitation a un bon bilan environnemental »
Grâce au bilan CAP’2ER, Céline et Jean-Jacques Le Ru ont évalué l’impact, positif comme négatif, de leur exploitation sur l’…
Exosquelette en agriculture : arrêt anticipé du test à la ferme expérimentale
La ferme de La blanche maison dans la Manche  a mis fin à l'expérimentation de l' exosquelette en salle de traite après un mois d…
La salle de traite du Gaec de Mont de Mangue est équipé d’un plancher mobile et de griffes légères. Les seaux des lavettes essorées sont suspendus à des chaînes réglables. © MSA Ain-Rhône
Huit points pour un meilleur confort de traite
Les troubles musculo-squelettiques, dus à des mauvaises postures, sont fréquents chez les trayeurs. Améliorer le confort de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière