Aller au contenu principal
Font Size

Plan bâtiment
Un milliard d´euros prévus pour le nouveau plan

Le premier plan bâtiment a permis d´aider 11 000 élevages à se moderniser. Le second sera conduit sur 2007-2013, avec un budget d´un milliard d´euros.


Le nouveau plan de modernisation des bâtiments d´élevage est entré en action avec la parution d´une circulaire en avril, qui permet de démarrer les engagements juridiques et la signature des conventions avec les bénéficiaires. La Commission européenne ne s´est pas encore prononcée, mais le ministère de l´Agriculture a bon espoir que le dossier passe. « La Commission nous demandera peut-être des modifications, mais il est peu probable qu´elle rejette le plan. »
Pour les investissements liés au logement des animaux, 9 dossiers sur 10 concernent une construction neuve. ©S. Leitenberger

Premier plan : 11 000 élevages aidés
Le prochain plan bâtiment est programmé sur la période 2007-2013. L´enveloppe prévue est d´un milliard d´euros, soit 142 millions par an. « Il sera ouvert à d´autres filières animales, les critères d´accès devraient être plus simples, avec notamment la suppression de certains critères liés à l´activité agricole minimale, la qualification, la viabilité économique. Apparaît aussi un nouveau critère lié à l´amélioration des résultats globaux de l´exploitation. Des priorités d´intervention devront être fixées en région », développe le ministère. Le premier plan bâtiment (2005-2006) a aidé 11 000 élevages, sur un total de 18 000 demandes déposées. Au 31 décembre 2006, un peu moins de 6000 dossiers étaient en attente de financement (le reste sont des dossiers non retenus). L´enveloppe globale s´élevait à 300 millions d´euros, soit une moyenne de 27 600 euros par projet. Pour les investissements liés au logement des animaux, 9 dossiers sur 10 font intervenir une construction neuve, 1 sur 10 concerne une rénovation. La construction et l´aménagement des salles de traite concernent près de 30 % des dossiers. Les JA représentent près de 30 % des dossiers.
A savoir
Les équipements permettant de faire des économies d´énergie peuvent être aidés dans le cadre d´un projet de modernisation plus large. Par exemple, avec l´aménagement de la salle de traite, faire passer un pré-refroidisseur ou un récupérateur de chaleur.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière