Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Aliment du bétail
Un mélange à base de dactyle pour exploiter des terres séchantes

Marie Guillotin a testé avec succès le dactyle pour mieux tirer parti de ses parcelles séchantes. Il lui permet de prolonger le pâturage en été et de faire des stocks importants.


« J `ai décidé d´essayer le dactyle il y a deux ans, sur des parcelles très séchantes où les rendements maïs ne dépassent pas 10 tonnes de matière sèche les bonnes années », explique Marie Guillotin, installée depuis 2001 à Berric, dans le Morbihan.
En 2003, cinq hectares ont donc été ensemencés avec un mélange de 15 kg de dactyle tardif Starly, 6 kg de ray-grass anglais très tardif Ohio, 3 kg de trèfle blanc à feuilles moyennes Demand et 1 kg de trèfle violet.
L´exploitation compte 25 hectares de pâtures, sur des sols granitiques très séchants. « Dès la fin du mois de juin, les prairies de ray-grass et trèfle sont grillées. Le dactyle résiste beaucoup mieux et reste plus vert », remarque Marie Guillotin.
Les parcelles de dactyle sont pâturées par la vingtaine de génisses. Elles tournent sur sept paddocks quasiment toute l´année car les sols sont très portants.
Le mélange dactyle/ray-grass/trèfle est très bien consommé. ©SR

Un test réussi avec les génisses
« En septembre, je vais semer trois hectares supplémentaires du même mélange qui sera cette fois pâturé par les vaches laitières. Il s´agit d´un essai, si cela ne marche pas, j´y mettrai aussi les génisses. » Aujourd´hui les vaches laitières pâturent 3 hectares de ray-grass italien et 17 hectares d´un mélange ray-grass anglais et trèfle blanc. « Il est intéressant de commencer par les génisses afin de s´habituer au mode de conduite particulier du dactyle », conseille Philippe Roger, ingénieur fourrages au pôle herbivores des Chambres d´agriculture de Bretagne.
« Le plus difficile avec le dactyle est de gérer le premier cycle car il monte très vite. Il faut alors couper l´épi par le pâturage, la fauche ou le broyage pour avoir ensuite des repousses feuillues. Après, c´est super ! », commente Marie Guillotin. L´an passé, le dactyle a été coupé à la barre de coupe. Cette année, les conditions sont favorables à la pousse. Aussi les parcelles qui n´ont pas pu être pâturées en temps voulu seront utilisées pour faire des stocks (enrubannage et foin).
Le dactyle sèche très vite et la repousse est immédiate. Deux fanages suffisent à Marie Guillotin pour récolter un fourrage enrubanné.
Deux ans après le semis, on retrouve encore les quatre espèces dans les parcelles mais il faut choisir un trèfle résistant car le dactyle est agressif et le semis doit être effectué avec soin. « J´ai semé après céréales en septembre avec un semoir à céréales. La terre a été roulée au cultipacker. Il n´a pas été nécessaire de désherber. Les parcelles sont très propres. Au niveau fertilisation, j´ai juste apporté 50 unités d´ammonitrate cette année au mois de mars. »

« Les associations sont particulièrement intéressantes »
PHILIPPE ROGER, ingénieur fourrages au pôle herbivores des Chambres d´agriculture de Bretagne :

« Malgré sa rapidité d´épiaison, il est possible de gérer le dactyle uniquement par le pâturage, en tournant rapidement sur les parcelles, mais les mélanges ont une conduite plus facile. Le ray-grass anglais améliore l´appétence et permet une meilleure couverture du sol. Il ne faut pas dépasser 6 kg de RGA dans le mélange de semences pour que le dactyle trouve sa place et ne parte pas en touffes. Les essais de la station expérimentale de Mauron (56) ont montré que l´utilisation de RGA de précocité intermédiaire et non remontants améliore le rendement et facilite l´exploitation de l´association grâce à l´épiaison simultanée du ray-grass et du dactyle, par rapport à des RGA tardifs.
Avec le trèfle blanc, il faut privilégier un pâturage ras, faucher précocement et éviter l´azote la première année. Mieux vaut un trèfle agressif qui monte haut avec de grandes feuilles qui pourra concurrencer le dactyle pour la lumière.
L´apport de trèfle violet (maximum 3 kg) améliore le rendement des premières années. Il faut prendre quelques précautions vis-à-vis des météorisations car il prend souvent une place plus importante en fin d´été. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Elevage des veaux au Québec : « Le colostrum, c’est bien plus que des anticorps »
Pour la nutritionniste québécoise Déborah Santschi, le premier repas de colostrum est extrêmement important car il a un impact à…
Le pare-chocs réduit l’accidentologie
Machinisme
Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.
élevage laitier polonais
La Pologne opère une diversification de ses produits laitiers et de ses clients

Ce qui pourrait contrarier l'essor de la production laitière serait la hausse des coûts. Une hausse liée à la…

contrat
[Prix du lait] La Commission européenne valide les indicateurs économiques de la filière
Le tableau de bord des indicateurs économiques donne un cadre économique de référence pour les négociations commerciales de 2020.
Vignette
Mobilisation collective pour mieux valoriser le lait de montagne
Les deux tiers du lait de montagne sont insuffisamment valorisés, alors que les atouts de la montagne sont en phase avec les…
Mieux gérer la mise à jour des données journalières des automates

Au sein de France conseil élevage, plusieurs projets sont développés pour assurer la collecte, le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière