Aller au contenu principal
Font Size

Un mauvais signal pour les marchés

Les cours de la poudre sont plombés depuis fin juin.

A venir
© C. Pruilh

La faute aux 300 € lâchés par la Commission sur 100 tonnes de poudre de lait écrémé en stocks d’intervention ; 300 € qui ont précipité les cours vers le bas. « En acceptant fin juin une offre à 1 850 €/t, soit 300 € de moins que la dernière adjudication de décembre 2016, 40 tonnes à 2 150 €, la Commission montre aux acheteurs qu’elle est décidée à mettre les stocks sur le marché et les incite à attendre que les cours baissent au niveau du prix de l’intervention 1 700 €/t, affirme Gérard Calbrix d’Atla. Depuis, les entreprises ont été obligées de continuer à fabriquer de la poudre avec le lait d’excédent sans avoir d’acheteur en face, et donc en constituant des stocks. Conséquence : « la question de mettre ces stocks à l’intervention risque de se poser rapidement car beaucoup de gros clients européens imposent dans leur cahier des charges un délai maximal de 45 jours par rapport à la date de fabrication. Il y a 15 jours (fin juillet), de grandes entreprises allemandes et françaises envisageaient d’y recourir ». Que vont-elles faire ? Comme chaque année, l’Europe a ouvert un contingent de 109 000 tonnes à prix garantis entre le 1er mars et le 30 novembre. « Les mises à l’intervention ont été arrêtées début mai et n’ont concerné que 9 000 tonnes, la demande au niveau mondial sur le premier semestre étant très bonne (par rapport à la production). » Les cours de la poudre risquent de rester très bas pendant très longtemps, le temps que la Commission écoule les stocks.

Pas d’embellie à attendre à l’automne

Le beurre est arrivé à son niveau maximum (6200-6500 €/t). Mais la plupart des acheteurs industriels ont contractualisé leurs besoins en beurre jusqu’à la fin de l’année quand les cours ont commencé à grimper dès février mars, à un niveau inférieur (4500-5000 €/t). Quant à la hausse sur les fromages types gouda cheddar, mozzarella, elle bénéficie davantage aux Pays-Bas, au Danemark, à la Pologne, à l’Irlande qu’à la France qui produit peu ce type de fromages.

Si la Commission voulait éviter que les prix payés aux producteurs européens, poussés à la hausse par l’envolée des prix du beurre industriel, ne montent trop haut avec le risque de provoquer un nouvel emballement de la production, elle a plutôt réussi !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière