Aller au contenu principal

Un mauvais signal pour les marchés

Les cours de la poudre sont plombés depuis fin juin.

A venir
© C. Pruilh

La faute aux 300 € lâchés par la Commission sur 100 tonnes de poudre de lait écrémé en stocks d’intervention ; 300 € qui ont précipité les cours vers le bas. « En acceptant fin juin une offre à 1 850 €/t, soit 300 € de moins que la dernière adjudication de décembre 2016, 40 tonnes à 2 150 €, la Commission montre aux acheteurs qu’elle est décidée à mettre les stocks sur le marché et les incite à attendre que les cours baissent au niveau du prix de l’intervention 1 700 €/t, affirme Gérard Calbrix d’Atla. Depuis, les entreprises ont été obligées de continuer à fabriquer de la poudre avec le lait d’excédent sans avoir d’acheteur en face, et donc en constituant des stocks. Conséquence : « la question de mettre ces stocks à l’intervention risque de se poser rapidement car beaucoup de gros clients européens imposent dans leur cahier des charges un délai maximal de 45 jours par rapport à la date de fabrication. Il y a 15 jours (fin juillet), de grandes entreprises allemandes et françaises envisageaient d’y recourir ». Que vont-elles faire ? Comme chaque année, l’Europe a ouvert un contingent de 109 000 tonnes à prix garantis entre le 1er mars et le 30 novembre. « Les mises à l’intervention ont été arrêtées début mai et n’ont concerné que 9 000 tonnes, la demande au niveau mondial sur le premier semestre étant très bonne (par rapport à la production). » Les cours de la poudre risquent de rester très bas pendant très longtemps, le temps que la Commission écoule les stocks.

Pas d’embellie à attendre à l’automne

Le beurre est arrivé à son niveau maximum (6200-6500 €/t). Mais la plupart des acheteurs industriels ont contractualisé leurs besoins en beurre jusqu’à la fin de l’année quand les cours ont commencé à grimper dès février mars, à un niveau inférieur (4500-5000 €/t). Quant à la hausse sur les fromages types gouda cheddar, mozzarella, elle bénéficie davantage aux Pays-Bas, au Danemark, à la Pologne, à l’Irlande qu’à la France qui produit peu ce type de fromages.

Si la Commission voulait éviter que les prix payés aux producteurs européens, poussés à la hausse par l’envolée des prix du beurre industriel, ne montent trop haut avec le risque de provoquer un nouvel emballement de la production, elle a plutôt réussi !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
[Contenu Partenaire] Fullwood Packo : 200 vaches, 10 postes de traite et toutes les options
Pour ses 190 à 220 vaches à la traite, le Gaec des Cariolets (44) a opté pour une salle de traite QR 2 x 10 Fullwood Packo. Un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière