Aller au contenu principal

Un manque de recul sur la "petite" méthanisation

La rentabilité n'est pas évidente dans le système actuel. Soyez très vigilants par rapport aux business plan des constructeurs, met en garde l'association de méthaniseurs de France.

La rentabilité des petites unités de méthanisation n'est pas évidente dans le système actuel.
La rentabilité des petites unités de méthanisation n'est pas évidente dans le système actuel.
© Virginie Ingebos / Agri Ardennes/archives

Y a -t-il une place pour la méthanisation à petite échelle? Elle séduit ceux qui veulent rester autonomes et indépendants avec un fonctionnement quasiment lié uniquement à l'exploitation et aux effluents d'élevage.  "La petite méthanisation permet de dégager une ressource supplémentaire à partir de l'existant, tout en restant proche du métier d'éleveur et en apportant une réponse aux enjeux environnementaux (ammoniac, GES)," a souligné Denis Ollivier animateur de l'association méthaniseurs de France lors d'un colloque au Sima. Autre intérêt pour l'exploitation: la plus-value amenée au niveau du système de production via les digestats, la production de chaleur.

Une étude en cours de l'Ademe sur sept projets de 50 à 78 kWe

Mais la petite méthanisation a aussi ses limites. "Les déjections n'ont pas un potentiel méthanogène important. Les investissements au kWe restent élevés. Et le rendement électrique des petits moteurs électriques est plus faible." Autres freins mis en avant:  les besoins en chaleur sur l'exploitation sont souvent faibles et le dispositif de soutien n'a pas beaucoup pris en compte les petites installations (puissance éléctrique inférieure à 150 kWe). Au final,"la rentabilité n'est pas évidente dans le système actuel. " Pour réduire les coûts d'investissement, les constructeurs réduisent le volume du digesteur que ce soit en voie liquide ou sèche. "Le temps de séjour est donc plus court, ce qui oblige à utiliser des intrants rapidement méthanisables (menues paille, déchets locaux) qui vont aider à concentrer la ration en pouvoir méthanogène." Les petites installations ne comportent pas de postdigesteur. Pour réduire les coûts, les constructeurs proposent des modules complètement standardisés et préfabriqués. "Un bon moyen de réduire le coût est aussi de valoriser l'existant (plate-forme...)". Les installations sont encore peu nombreuses et on a peu de recul sur le fonctionnement des différentes options techniques. Les résultats d'une étude de l'Ademe, évaluant 7 projets de 50 à 78 kWe, sont très attendus.

 

" Triturez les chiffres dans tous les sens ! "

" Il faut être très critique sur le business plan des constructeurs, conseille pour sa part Gisèle Deshayes adhérente de l'association (installation de 150 kWe à sept personnes et projet de 450 kWe en voie sèche à treize). Notamment par rapport aux durées d'amortissement: une durée de dix ans pour le moteur, avec du fumier ce n'est pas sérieux, prévoyez sept ans." Le coût de maintenance est très variable en fonction des techniques," il est toujours élevé avec du fumier." Elle appelle également à la vigilance sur la main-d'œuvre (transport de la matière, alimentation du digesteur) qui est "très souvent largement sous-estimée."  Et conseille de prévoir une provision pour aléas de 10% de la valeur ajoutée. " Souvent, ajoute-t-elle,  le montant de l'investissement ne tient pas compte de l'équipement pour alimenter le digesteur, ni les épandeurs à pendillards pour valoriser l'azote ammoniacal alors qu'on vend la valeur de l'azote." Et de conclure: "triturez les chiffres dans tous les sens! "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière