Aller au contenu principal

Un lait stérilisé au goût de pasteurisé grâce à la microfiltration

Une équipe de l´Inra de Rennes, en partenariat avec la société Tétra Pak, a développé un lait longue conservation au goût de lait frais, grâce à la microfiltration sur membrane.


Les Français consomment en grande majorité du lait UHT, pour des raisons de conservation. Toutefois, le lait UHT a un goût de lait cuit qui serait jugé indésirable par certains consommateurs. C´est pour répondre à leurs attentes que l´Unité de recherches en technologie laitière de l´Inra de Rennes, en partenariat avec la société Tétra Pak, a mis au point un procédé reposant sur la microfiltration sur membrane qui permet d´obtenir un lait stérilisé combinant l´atout de la longue conservation et un goût de lait frais.
©D. R.


Des pores de 0,5 micron de diamètre
Le traitement du lait consiste en une microfiltration suivie d´un chauffage à 96ºC pendant 6 secondes. « Ce traitement thermique n´est pas effectué pour des raisons bactériologiques, mais sert à inactiver les enzymes endogènes du lait, et évite ainsi la dégradation du produit au cours de sa conservation », précise Jean-Louis Maubois, directeur de recherche à l´Unité de recherches en technologie laitière de l´Inra de Rennes.
La microfiltration est un procédé sur lequel l´équipe de l´Inra travaille déjà depuis plus de dix ans et elle a déjà donné lieu à des applications. « Le lait Marguerite, vendu dans le cadre des laits crus, est microfiltré. Toutes les bactéries ne sont pas retirées. Ce lait se conserve au froid pendant 15 jours », illustre le chercheur. Avec la nouvelle membrane mise au point par l´Inra, le lait est stérilisé, grâce à des pores plus étroits (0,5 micron de diamètre) qui lui permettent de filtrer vraiment tous les micro-organismes présents dans le lait. « La microfiltration, contrairement à la technique UHT, permet également d´enlever des enzymes thermorésistantes (provoquant la coagulation et la gélification du lait) contenues dans les cellules bactériennes mortes », précise Jean-Louis Maubois.

Un lait qui garde un goût frais
Ce lait stérilisé se garde aussi longtemps qu´un lait UHT, à température ambiante. En outre, « les jurys de dégustation, qu´ils soient français, allemands, suédois ou belges, ne décèlent pas de différence gustative entre ce lait et le pasteurisé », souligne Jean-Louis Maubois. Par contre, ils montrent une nette préférence pour le lait microfiltré longue conservation par rapport au lait UHT.
On peut tout de même se demander dans quelle mesure un lait au goût frais plaira au consommateur français habitué à boire du lait UHT, au goût de lait cuit.



UHT : l´Ultra haute température consiste à chauffer le lait à 120-140ºC pendant un temps très court (2 à 4 secondes).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière