Aller au contenu principal

Un label « France Prairie » pour les mélanges de semences pour prairies

L'Association française pour la production fourragère lance un label qui garantit la qualité des mélanges de semences de prairies. Un logo apposé sur les sacs permettra d'identifier les meilleurs mélanges.

En choisissant un mélange labellisé, l'éleveur a l'assurance que ce mélange contient les meilleures espèces et variétés et qu'il peut avoir dessus toutes les informations qu'il souhaite.
En choisissant un mélange labellisé, l'éleveur a l'assurance que ce mélange contient les meilleures espèces et variétés et qu'il peut avoir dessus toutes les informations qu'il souhaite.
© AFPF

Créée en 1959, l'Association française pour la production fourragère (AFPF) regroupe des experts des fourrages de diverses structures (Arvalis-Institut du Végétal, Gnis, Inra, Institut de l'élevage Idele, enseignement, chambres d'agriculture, BTPL, France Conseil élevage, Fourrages mieux Belgique). En 2012, elle a initié un travail sur les mélanges de semences pour prairies. « Depuis 2004, avec l'autorisation des ventes de semences fourragères mélangées, l'offre de semences en mélange s'est beaucoup développée, constate Pascale Pelletier, d'Arvalis-Institut du Végétal. En 2012-2013, les semences mélangées ont représenté 21 % des ventes totales de semences. » Le travail initié en 2012 a abouti à la rédaction d'un guide paru en 2014 « Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France », téléchargeable sur le site de l'AFPF (www.afpf-asso.org).

Au-delà des recommandations de base (ne pas dépasser 30 kg/ha au semis, 6 espèces, 8 variétés...), le guide fait des préconisations pour la composition de mélanges selon le type de sol, le mode d'exploitation et l'intérêt fourrager des espèces. Il fait aussi des préconisations variétales à partir de variétés récentes, inscrites au catalogue français et dont la valeur agronomique est connue et consultable sur le site www.herbe-book.org. « Ce guide permet d'accompagner les conseillers dans leurs recommandations aux éleveurs, précise Michel Straëbler, du Gnis. Mais pour véritablement promouvoir l'utilisation de mélanges de qualité, l'AFPF a souhaité créer un label qui garantisse et simplifie le choix d'un mélange haut de gamme. »

Un logo sur les sacs identifie les meilleurs mélanges


Régi par un règlement d'usage, un logo et un règlement technique, le label « France Prairie » garantit une association idéale d'espèces selon le type de sol et le mode d'exploitation souhaité ainsi que l'utilisation des meilleures variétés. Les règles de composition des mélanges et la liste des variétés incorporables sont définies dans le règlement technique qui établit aussi les règles de gestion, de contrôle et les engagements des déposants. Les variétés incorporables sont les meilleures variétés issues du herbe-book. « Pour les espèces majeures, nous n'avons retenu que 45 % des variétés inscrites au catalogue français et seulement 11 % de celles inscrites au catalogue européen », précise Michel Straëbler.

Au 1er juin 2015, sept semenciers s'étaient engagés dans la démarche (Barenbrug France, Carneau, Caussade Semences, Jouffray-Drillaud, Limagrain, Semences de France, RAGT Semences). Vingt-deux mélanges, sur les 300-400 proposés en France, ont été déposés pour l'été 2015. Pour les semenciers, le coût de la démarche est de 0,05 €/kg, répercutable ou non sur le prix de vente des semences.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière