Aller au contenu principal

Un label « France Prairie » pour les mélanges de semences pour prairies

L'Association française pour la production fourragère lance un label qui garantit la qualité des mélanges de semences de prairies. Un logo apposé sur les sacs permettra d'identifier les meilleurs mélanges.

En choisissant un mélange labellisé, l'éleveur a l'assurance que ce mélange contient les meilleures espèces et variétés et qu'il peut avoir dessus toutes les informations qu'il souhaite.
En choisissant un mélange labellisé, l'éleveur a l'assurance que ce mélange contient les meilleures espèces et variétés et qu'il peut avoir dessus toutes les informations qu'il souhaite.
© AFPF

Créée en 1959, l'Association française pour la production fourragère (AFPF) regroupe des experts des fourrages de diverses structures (Arvalis-Institut du Végétal, Gnis, Inra, Institut de l'élevage Idele, enseignement, chambres d'agriculture, BTPL, France Conseil élevage, Fourrages mieux Belgique). En 2012, elle a initié un travail sur les mélanges de semences pour prairies. « Depuis 2004, avec l'autorisation des ventes de semences fourragères mélangées, l'offre de semences en mélange s'est beaucoup développée, constate Pascale Pelletier, d'Arvalis-Institut du Végétal. En 2012-2013, les semences mélangées ont représenté 21 % des ventes totales de semences. » Le travail initié en 2012 a abouti à la rédaction d'un guide paru en 2014 « Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France », téléchargeable sur le site de l'AFPF (www.afpf-asso.org).

Au-delà des recommandations de base (ne pas dépasser 30 kg/ha au semis, 6 espèces, 8 variétés...), le guide fait des préconisations pour la composition de mélanges selon le type de sol, le mode d'exploitation et l'intérêt fourrager des espèces. Il fait aussi des préconisations variétales à partir de variétés récentes, inscrites au catalogue français et dont la valeur agronomique est connue et consultable sur le site www.herbe-book.org. « Ce guide permet d'accompagner les conseillers dans leurs recommandations aux éleveurs, précise Michel Straëbler, du Gnis. Mais pour véritablement promouvoir l'utilisation de mélanges de qualité, l'AFPF a souhaité créer un label qui garantisse et simplifie le choix d'un mélange haut de gamme. »

Un logo sur les sacs identifie les meilleurs mélanges


Régi par un règlement d'usage, un logo et un règlement technique, le label « France Prairie » garantit une association idéale d'espèces selon le type de sol et le mode d'exploitation souhaité ainsi que l'utilisation des meilleures variétés. Les règles de composition des mélanges et la liste des variétés incorporables sont définies dans le règlement technique qui établit aussi les règles de gestion, de contrôle et les engagements des déposants. Les variétés incorporables sont les meilleures variétés issues du herbe-book. « Pour les espèces majeures, nous n'avons retenu que 45 % des variétés inscrites au catalogue français et seulement 11 % de celles inscrites au catalogue européen », précise Michel Straëbler.

Au 1er juin 2015, sept semenciers s'étaient engagés dans la démarche (Barenbrug France, Carneau, Caussade Semences, Jouffray-Drillaud, Limagrain, Semences de France, RAGT Semences). Vingt-deux mélanges, sur les 300-400 proposés en France, ont été déposés pour l'été 2015. Pour les semenciers, le coût de la démarche est de 0,05 €/kg, répercutable ou non sur le prix de vente des semences.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière