Aller au contenu principal

Un jeu de barrières très pratique

À l’EARL Lucas, dans le Pas-de-Calais, Gilbert Lucas a mis au point un jeu de barrières dans sa stabulation pour pouvoir déplacer ses animaux seul et en toute sécurité.

 © F. Mechekour
© F. Mechekour

Installé en individuel, Gilbert Lucas a trouvé un moyen de déplacer ses animaux dans des box situés de part et d’autre d’un couloir d’alimentation. Le tout, seul et sans risque. Une astuce conçue dans le même esprit que son système pour couper les ficelles et filets des balles rondes(1), de caméras placées sur sa désileuse(1) et de remplissage de la trémie de la désileuse(1).

(1) Lire Réussir Lait, n° 345, 346 et 349.

 

 
© F. Mechekour

 

Première barrière. Une fois dépliée et ses rallonges tirées, cette grande barrière permet de bloquer l’accès au couloir d’alimentation et de paillage situé entre les deux rangées de box. 

 

 
© F. Mechekour

 

La grande barrière est fixée sur un poteau de cornadis à l’aide d’une chape. Les bovins ne peuvent alors circuler que dans un couloir délimité par la porte de la stabulation et la barrière.

 

 
© F. Mechekour

 

 

 
© F. Mechekour

 

Lorsqu’elle n’est pas utilisée, la grande barrière est repliée et bloquée contre le mur d’une auge à l’aide d’une chape. Le jeu d’articulation entre les tubes permettant de plier et replier la barrière a été fabriqué par Gilbert à partir de matériel de récupération.

 

 
© F. Mechekour

 

Une seconde barrière a été fixée dans un petit couloir donnant accès au box de vêlage (à gauche) et à une série de trois box. Dans cette position, la barrière permet l'accès au box de vêlage uniquement. 

 

 
© F. Mechekour

 

Gilbert a fabriqué un système de rallonge avec un jeu de cinq tubes. Une fois la vache entrée dans le box de vêlage, l'éleveur repousse le système de rallonge de façon à pouvoir utiliser cette barrière pour fermer le box de vêlage. L’accès aux autres box reste possible. À droite, la barrière plaquée contre le mur sert à bloquer l'accès au couloir quand Gilbert Lucas sort des animaux.

Côté éco

Fournitures : 200 € 
Temps de travail : 1 journée
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière