Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Un foie comme ça, on n’en voudrait pas »

LA GRAISSE, ICI,
représente
40% de la
matière sèche
du foie !
LA GRAISSE, ICI,
représente
40% de la
matière sèche
du foie !
© J.M. Nicol

Elle n’est pas bien fringante, cette primipare tassée dans sa logette. Cela fait maintenant un mois qu’elle a vêlé et elle a plutôt bien démarré, au moins les premiers jours de lactation. Une quinzaine de jours plus tard, son patron a été involontairement soustrait à l’affection de ses vaches et lorsqu’il revient, dix jours après, il la trouve en petite forme et la mamelle à plat, l’oeil et le ventre creux et avec une petite diarrhée qui me ferait bien penser à un déplacement de caillette — qu’elle n’a pas.

Quand j’apprends qu’elle a 3 ans et qu’elle aurait dû vêler à 2, j’imagine bien dans quel état corporel elle a pu vêler et comment elle a fondu. Avec plus de sept fois la quantité tolérable de corps cétoniques, elle est en insuffisance hépatique très sévère, avec un foie très gros, très infiltré de graisse et une cétose carabinée.

Après une perfusion de sucre, de la cortisone, du propylène et quelques autres médicaments dédiés aux cas difficiles, elle se lève difficilement. Elle n’est pas tirée d’affaire.

RIEN N’Y FAIT

Elle ira mieux pendant quatre jours, avec un peu plus d’allant et d’appétit puis, vu le peu de lait qui lui reste, elle demeure en pâture où elle décline rapidement. Avec encore six fois la quantité de corps cétoniques malgré le traitement, je l’euthanasie puis je vais extraire un morceau du foie pour en avoir le coeur net. Je trouve un foie très volumineux qui déborde son emplacement normal ; ses contours sont très arrondis et sa couleur… jugez-en vous-même ! Voilà une mort évitable car cette cétose, très sévère et dépistée trop tard, était complètement prévisible. Elle aurait pu être jugulée par un traitement préventif bien avant le vêlage et un accompagnement dès les premiers jours de lactation car, dans ce scénario, la mobilisation graisseuse bat son plein au moment du vêlage et, pour des raisons hormonales, elle ne va pas s’arrêter là. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière