Aller au contenu principal
Font Size

Un été sous haute tension

Les manifestations à l'encontre de Lactalis se sont multipliées pour protester contre le prix annoncé en juillet. La crainte est de voir les autres entreprises s'ajuster à leur concurrent.

En Basse-Normandie, le prix de base Lactalis de juillet est de 252 euros/1000 l.
© T. Guillemot

Alors même que de grands groupes comme Bel ou Danone annoncent de bons résultats, meilleurs qu'en 2015, la situation des éleveurs laitiers empire au fil des jours. "À chaque nouvelle sortie comptable, les résultats se dégradent. La marge sur coût alimentaire est inférieure à 180 euros pour 1000 litres : du jamais vu ! Et ça risque de continuer. Avec la sécheresse estivale, les vaches sont passées en ration hivernale, donc le coût alimentaire va grimper. Et à partir de cet automne, le correcteur azoté risque d'être plus cher", alerte Jean-Luc Corbelle, conseiller du BCEL Ouest. En Meuse et Meurthe-et-Moselle, le Cerfrance Adheo évoque aussi des marges historiquement basses en moyenne. "Et dans les exploitations de polyculture-élevage, s'ajoute le mauvais contexte en grandes cultures. On entend moins de projets d'arrêt du lait. Il y a eu des installations conséquentes, les retournements de prairies possibles ont déjà été faits, et le contexte en grandes cultures n'incite pas à l'arrêt."

Lactalis est l'un des moins bons payeurs de France

Lactalis ne publie pas ses résultats, mais au vu de ses achats d'entreprises à l'international, les producteurs ne doutent pas qu'ils sont bons. Le groupe communique sur son soutien au prix du lait français depuis le 4e trimestre 2015 avec plus de 75 millions d'euros dépensés, avec l'ajout de 48 euros/1000 l au mois d'août par rapport aux modalités d'application du contrat, et l'ajout de 30 euros en juillet. Des propos qui hérissent les producteurs. Certes, le prix du lait français est au-dessus des prix pratiqués dans le nord de l'Europe, depuis plusieurs mois. Mais l'observatoire de la FNPL montre que, en France, Lactalis est une des entreprises qui paye le moins bien le lait depuis le début de l'année. En juillet, le prix de base était de 252 euros en Basse Normandie et 257 euros en Bretagne Pays de la Loire, alors que les autres laiteries ont payé entre 269 et 300 euros. En Bretagne Pays de la Loire, sur les six premiers mois de l'année, le prix de base moyen Sodiaal (90% de A, 10% de B) est d'environ 274 euros alors que Lactalis est à 266,5 euros. 

La coupe est pleine pour les producteurs ! Ces prix bas s'ajoutent à l'encadrement strict des volumes et à des relations conflictuelles. Les responsables d'OP dénoncent depuis longtemps le refus du groupe d'une véritable négociation du contrat et de la clause de prix. "Nous demandons au groupe Lactalis de prendre en compte les coûts de production dans l'élaboration du prix du lait. L'entreprise refuse catégoriquement", cite en exemple l'OPNC (OP Normandie Centre).

Depuis juillet, se succèdent actions de stickage des produits Président et Lactel en grande surface, poses de pancartes sur les bords de route, et le contrôle d'une citerne de crème hollandaise interceptée par les JA de la Manche. Au jour où nous mettions sous presse (le 18 août), de nouvelles actions étaient prévues, à l'appel de FDSEA et de JA de différents départements.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière