Aller au contenu principal

Un été apocalyptique dans bien des départements

Déjà éprouvés par un été et un automne 2018 trop chauds et trop secs, nombre d'élevages français de ruminants subissent de plein fouet la météo détestable de 2019.

Le Centre de la France de la France a été particulièrement touché. © A. Conté
Le Centre de la France de la France a été particulièrement touché.
© A. Conté

Dans le centre de la France jusqu'au Centre-Est d'un côté et jusqu'au Limousin de l'autre, la sécheresse prend une tournure gravissime avec des pâtures grillées, des sources taries, des cours d’eau et des étangs asséchés et des arbres grillés sur pied. " Au total, la moyenne des mois de juin, juillet et août présente une anomalie thermique de +1,6 °C par rapport à la normale ", explique une note de synthèse de la Chaîne météo. Les précipitations sont déficitaires sur une grande partie du territoire depuis le début de l’année, et la situation est aggravée par un été et un automne 2018 insuffisamment arrosés. Au début du printemps, les réserves hydriques étaient loin d’avoir été reconstituées. En moyenne, fin août, le déficit pluviométrique de 2019 était de 25 % à 30 % à l’échelle du territoire.

La décapitalisation menace

Près de 20 % du territoire métropolitain sont concernés par des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau (contre 4 % en 2018), a indiqué le ministère de la Transition écologique, fin août.

Les mesures européennes pour aider les éleveurs sont on ne peut plus minces à l'heure actuelle : relèvement du taux de paiment anticipé des aides PAC, et dérogations aux règles du verdissement pour faciliter l'alimentation des animaux.

Dans les exploitations, les stocks sont partout entamés. La situation est souvent critique dans des exploitations déjà affaiblies par l’année 2018. Faute de trésorerie et faute de pouvoir acheter les fourrages qu’ils n’ont pas, la crainte est d’assister dans les semaines à venir à de la décapitalisation dans les départements les plus touchés. Elle pourrait être aggravée par un nombre accru de vaches vides. La canicule et des rations « sèches » estivales pas parfaitement équilibrées ont un impact sur la reproduction dans bien des cheptels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Évolution des résultats courants par UMO exploitant des systèmes bovins lait279 exploitations des réseaux d’élevage Inosys © Source : GEB-Institut de ...
Des estimations de revenus 2020 en baisse dans tous les systèmes laitiers des réseaux d'élevage
D’après les estimations réalisées sur les fermes laitières des réseaux d’élevage Inosys, le revenu baisse de 500 à 10 800 euros…
Jean-Yves, Valérie, Nathan et Didier Honoré apprécient le confort et la fonctionnalité de leur nouveau bâtiment. © C. Julien
Construire un bâtiment, un projet de longue haleine
Un an de réflexion, un an de travaux… Il a fallu de la persévérance aux associés du Gaec Honoré pour mener à bien leur projet.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière