Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un été apocalyptique dans bien des départements

Déjà éprouvés par un été et un automne 2018 trop chauds et trop secs, nombre d'élevages français de ruminants subissent de plein fouet la météo détestable de 2019.

Le Centre de la France de la France a été particulièrement touché. © A. Conté
Le Centre de la France de la France a été particulièrement touché.
© A. Conté

Dans le centre de la France jusqu'au Centre-Est d'un côté et jusqu'au Limousin de l'autre, la sécheresse prend une tournure gravissime avec des pâtures grillées, des sources taries, des cours d’eau et des étangs asséchés et des arbres grillés sur pied. " Au total, la moyenne des mois de juin, juillet et août présente une anomalie thermique de +1,6 °C par rapport à la normale ", explique une note de synthèse de la Chaîne météo. Les précipitations sont déficitaires sur une grande partie du territoire depuis le début de l’année, et la situation est aggravée par un été et un automne 2018 insuffisamment arrosés. Au début du printemps, les réserves hydriques étaient loin d’avoir été reconstituées. En moyenne, fin août, le déficit pluviométrique de 2019 était de 25 % à 30 % à l’échelle du territoire.

La décapitalisation menace

Près de 20 % du territoire métropolitain sont concernés par des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau (contre 4 % en 2018), a indiqué le ministère de la Transition écologique, fin août.

Les mesures européennes pour aider les éleveurs sont on ne peut plus minces à l'heure actuelle : relèvement du taux de paiment anticipé des aides PAC, et dérogations aux règles du verdissement pour faciliter l'alimentation des animaux.

Dans les exploitations, les stocks sont partout entamés. La situation est souvent critique dans des exploitations déjà affaiblies par l’année 2018. Faute de trésorerie et faute de pouvoir acheter les fourrages qu’ils n’ont pas, la crainte est d’assister dans les semaines à venir à de la décapitalisation dans les départements les plus touchés. Elle pourrait être aggravée par un nombre accru de vaches vides. La canicule et des rations « sèches » estivales pas parfaitement équilibrées ont un impact sur la reproduction dans bien des cheptels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Quels impacts auront les plans climat ?

Production d’énergie renouvelable, stockage de carbone dans les sols… L’agriculture est concernée par…

Vignette
Santé et résistance des vaches : Que peut-on attendre de la génétique ?
Santé de la mamelle, des pieds, acétonémie… La génétique booste d’autant plus la résistance des vaches que les conditions d’…
Vignette
Un prix des veaux catastrophique

Le veau laitier de 45-50 kg cotait 53 €/ tête sur la semaine du 30 septembre au 6 octobre. "Les veaux de qualité…

Vignette
Repérez-vous les vaches à cellules avec Génocellules ?
Proposé par Seenergi et des distributeurs, le service GénoCellules permet de dénombrer les comptages cellulaires de chaque vache…
Vignette
La vaccination vaut-elle le coût ?
Les diarrhées néonatales, les maladies respiratoires des génisses et les mammites sont trois cas où la vaccination peut apporter…
Vignette
Le climat change, les AOP bougent
Les étés sont plus secs, les attentes sociétales évoluent. Jusqu’où les appellations d’origine laitières gardiennes d’un savoir-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière