Aller au contenu principal

Un drone pour mesurer les hauteurs d’herbe

Le drone se substituera t-il à terme à l'herbomètre?
Le drone se substituera t-il à terme à l'herbomètre?
© Chambre d'agriculture 44

La chambre d’agriculture des Pays de la Loire a présenté aux Terrenales et aux Prairiales l’utilisation du drone (Airinov) dans lequel elle a investi. L'une des valorisations est la mesure de la biomasse sur les parcelles de colza et de blé, permettant le calcul de la fertilisation azotée nécessaire. Ce service est déjà proposé aux exploitants du département. "Sur la base d’un plan de vol établi en amont, le drone survole les parcelles à 150 mètres de haut, indique Jean-Baptiste Scheuer, de la chambre d'agriculture. Il dispose d'un capteur qui mesure la lumière reflétée par le feuillage des cultures, indicateur de l’état de développement du couvert végétal." Les relevés ainsi effectués sont retranscrits en cartes de biomasse. Ces cartes révèlent l’hétérogénéité de la pousse.

L'idée est désormais d’appliquer cette même technologie aux prairies. Cela permettrait alors de déterminer les biomasses d’herbe et de remplacer l’herbomètre pour la gestion du pâturage. Pour couvrir 40 hectares, trente minutes suffisent. "Les mesures réalisées sur une seule parcelle au printemps 2014 ont montré une bonne corrélation entre les hauteurs d'herbe mesurées par le drone et celles effectuées à l'herbomètre. C'est assez encourageant." De nouvelles mesures ont été réalisées ce printemps sur trois fermes expérimentales (Derval, Thorigné d’Anjou et les Etablières) sur plusieurs types de prairies et à différents stades. La comparaison porte sur une centaine de microparcelles. "Nous en sommes aux prémices de la recherche, reconnaît le technicien. Trois à quatre années seront nécessaires pour disposer d’un outil opérationnel."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière