Aller au contenu principal

Guide technique
Un diagnostic de prairie basé sur la reconnaissance de la flore

Ma prairie a-t-elle bien vieilli ? Ou faut-il la réimplanter ? Ce guide basé sur l´examen de la flore vous aide à faire le bon choix.


Le Guide pour un diagnostic prairial a été publié il y a bientôt trois ans par les chambres d´agriculture du Maine-et-Loire et de la Mayenne. « Le but de cet ouvrage est d´aider les agriculteurs à mieux connaître la flore présente dans leurs parcelles afin d´évaluer leur état et d´apporter si nécessaire en fonction des objectifs des améliorations », explique Patrice Pierre, co-auteur de l´ouvrage. Ce guide peut être utilisé seul ou dans le cadre d´un diagnostic réalisé avec un conseiller de la chambre d´agriculture. Le diagnostic consiste dans un premier temps à regarder l´état général de la prairie et à décrire la structure du couvert (mélange entre espèces très gazonnantes ou en touffe, importance des vides). On recense et hiérarchise ensuite les différentes espèces présentes sur la parcelle.
Le Guide pour un diagnostic prairial contient une centaine de planches recensant la flore potentiellement présente dans des prairies de type Grand Ouest. ©D. R.

Reconnaître la flore dès le stade plantule
Le guide offre à ce propos 105 planches permettant de reconnaître des graminées, des légumineuses et autres plantes à partir du stade plantule. Il fournit de manière synthétique des informations sur l´écologie, les signes de reconnaissance et l´intérêt fourrager de chacune de ces plantes. Le recensement doit être réalisé dans un endroit représentatif de la parcelle. « On prend trente poignées pour l´échantillonnage et on note les différentes espèces et leur abondance. Mais il faut être capable de relativiser ce que l´on voit. Avoir 10 % de pissenlit dans une prairie pour un éleveur ce n´est pas grave. Par contre, 10 % de chardon des champs, c´est un véritable casse-tête », souligne le technicien, qui ajoute : « La flore d´une prairie est la résultante d´une combinaison des pratiques et des conditions de milieu d´où l´importance de la recherche d´espèces indicatrices de la conduite technique ou du milieu. »
Une fois le diagnostic réalisé, il ne reste plus qu´à prendre la meilleure décision sur le devenir de la prairie sans perdre de vue ses objectifs. « Des prairies éloignées utilisées pour les génisses ou les vaches taries n´ont pas forcément besoin d´être très productives. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière