Aller au contenu principal

"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"

Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le temps de traite et de réduire la pénibilité.

Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
Anthony Balard, dans l'Aveyron.
© B. Griffoul
 

 

 
© B. Griffoul

 

1 - L’aire d’attente mesure 12 m de long par 5 m de large. Les vaches rentrent latéralement. Le chien électrique, qui couvre 4 m de largeur, est constitué de 9 chainettes de 1,20 m de long montées sur une cornière de 25 tous les 50 cm. Cette barre de suspension est située à 2,20 m de hauteur. Elle est suspendue à un chariot qui coulisse sur deux câbles métalliques (10 mm de diamètre) tendus entre la tubulure de la salle de traite et le mur du fond de l’aire d’attente. Un troisième câble, plus fin (4 mm), sert de caténaire pour électrifier les chaînettes à partir d’un poste de clôture.

 

 
© B. Griffoul

 

2 - Le chariot a été fabriqué avec des chutes de tube galvanisé de barrière (40 mm de diamètre) qui coulissent sur les gros câbles. Sa largeur, correspondant à l’écartement des câbles, est de 80 cm. Un petit tube métallique relié par un câble isolé à la partie électrifiée coulisse le long de la caténaire.

 

 
© B. Griffoul

 

3 - L’isolation entre le chariot et la barre de suspension des chaînettes est assurée par deux silentblocs en caoutchouc (supports de feux de remorque avec deux boulons non traversant). Ce fut la partie la plus délicate à concevoir.

 

 
© B. Griffoul

 

4 - Le chariot est tracté par une cordelette qui s’enroule sur un enrouleur de fil de clôture. Un anti-retour évite que la ficelle ne s’affaisse au-dessus des vaches. Pour ramener le chien électrique au fond de l’aire d’attente, il suffit de le pousser à la main, anti-retour débloqué. Un petit retour du mur permet de l’escamoter complètement, de sorte qu’il ne dissuade pas les vaches de rentrer dans l’aire d’attente.

 

 
© B. Griffoul

 

5 - Le chien est électrifié avec un poste de clôture basique. C’est largement suffisant. Un poste sur secteur serait trop puissant. La terre est reliée à la terre du bâtiment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Les tourteaux tannés sont indispensables pour maximiser les performances de production laitière et de TP, souligne Jérôme Larcelet, consultant nutrition chez Seenorest. © C. Pruilh
Comment booster le taux protéique par l'alimentation ?
Améliorer le taux protéique sans hausse des coûts ni des rejets d'azote dans l'environnement. C'est l'équation à rechercher pour…
Jérémie Combes et Arnaud Vigier. « Pour s’adapter au changement climatique, il faudra rendre le système de production compatible avec ce que nous serons capables de produire. » © B. Griffoul
[Changement climatique] « Semer des dérobées n’est pas une fin en soi »
Dans le Cantal, pour refaire ses stocks de sécurité pour ses 75 vaches laitières, le Gaec de Celange a semé l’an dernier du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière