Aller au contenu principal
Font Size

« Un caractère compliqué à indexer »

La sélection sur l'efficience alimentaire se heurte à la complexité du caractère. Et malgré l'apport de la génomique, il va très certainement falloir s'armer de patience.

Sélectionner les animaux sur leur capacité à valoriser la ration qu'ils consomment sans compromettre leur santé ni leur fertilité... L'idée germe dans les esprits depuis plusieurs années d'autant que la sélection génomique offre dans le domaine de la création de nouveaux index un outil très puissant. « Il y a de gros enjeux derrière parce que l'alimentation est le plus gros poste de charge d'où son impact économique fort. La profession est donc demandeuse », souligne Didier Boichard, chercheur à l'Inra. Pour autant, chacun s'accorde à reconnaître qu'il va falloir patienter. Créer un nouvel index nécessite en effet de pouvoir s'appuyer sur suffisamment de données pertinentes et fiables. C'est le fameux phénotypage (contrôle de performance...) sur lequel les scientifiques s'appuient pour modéliser des calculs d'index, y compris les génomiques. En amont, cela nécessite de constituer une population de référence (mâles et parfois femelles) de taille suffisante et le plus souvent de développer des collaborations internationales.

Lancement du projet de recherche Deffilait

Sous la houlette des Pays-Bas, l'Europe du Nord a créé un consortium dénommé gDMI (1) en 2012 dans lequel 10 pays — la France a pour objectif de l'intégrer cette année — partagent leurs données sur la matière sèche ingérée (MSI). « L'enjeu est de développer des équations de prédiction pour l'évaluation génomique de ce critère en race Holstein, précise Stéphanie Minéry du département génétique de l’Institut de l’élevage. Mais connaître la quantité de matière sèche ingérée de la vache ne suffit pas pour connaître son efficience alimentaire. Et ce critère est difficile à mesurer en élevage. C'est pour cette raison que la France, via le programme de recherche Deffilait (2) lancé fin 2015 et coordonné par Philippe Faverdin, chercheur à l'Inra, travaille en parallèle sur des indicateurs comme la production laitière, le poids vif de l'animal, l'évolution de la température corporelle, la digestibilité de la ration... » 
Ces travaux s'appuieront dans un premier temps sur des essais menés dans des fermes expérimentales. Cela permettra d’établir avec précision les liens entre les différents indicateurs et de définir quel est le (ou les) meilleur (s) d’entre eux. Et grâce aux mesures de quantités ingérées par vache par jour et du phénotypage à haut débit des caractères zootechniques tels que la production laitière, les variations de poids vif, la température ruminale, le comportement alimentaire, d’identifier les mécanismes responsables des différences d’efficience alimentaire entre vaches : c’est l’objectif de la thèse d’Amélie Fischer réalisée à l’Institut de l’élevage et l’Inra-UMR Pegase. La sélection sur l’efficience alimentaire pourrait alors se baser directement sur ces mécanismes, sans passer par la mesure des quantités ingérées individuelles.

(1) Global dry matter initiative regroupe les Pays-Bas, les USA, le Canada, l'Irlande, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Danemark, l'Espagne et bientôt la France.(2) Financé par l'ANR et Apis-Gene.

Des évaluations aux USA, en Nouvelle-Zélande...

Les États-Unis, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande proposent depuis quelques années des index efficacité alimentaire qui se basent sur la morphologie (la taille) pour le premier et le poids vif pour les deux autres. « Mais ces index sont à utiliser avec précaution parce qu'il n'y a pas de lien avéré entre ces critères et l’efficacité alimentaire et leur fiabilité est faible », souligne Stéphanie Minéry.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière