Aller au contenu principal

« Un canal récupère le lisier au milieu du bâtiment »

Au Gaec de la Perrière, en Ille-et-Vilaine, les 200 vaches du troupeau sont conduites en deux lots. Le lisier est récupéré par un canal situé au centre du bâtiment, de 100 mètres de long.

Lors de la création du Gaec en 2015, les cinq associés ont investi un million d'euros dans un nouveau site dédié à l'atelier lait : stabulation avec trois rangées de logettes (202 places), roto GEA 40 places, nurserie...  Les deux cents Prim'Holstein du troupeau (référence de 2,1 millions de litres de lait) sont gérées en deux lots. La stabulation a été conçue sans pente en raison de la présence d'un canal à lisier au milieu du bâtiment « Pour l'entretien des deux couloirs d'exercice, nous avons investi 22 000 euros HT dans un système permettant de récupérer le lisier au centre du bâtiment », précise Jean Monxifrot, un des associés. L'équipement complet se compose de deux moteurs de 0,55 kWatt chacun, deux treuils, quatre rabots à corde et une armoire de commande programmable.

Le canal de 600 mm de diamètre permet de récupérer le lisier raclé dans les deux couloirs et de l'évacuer vers une préfosse de 200 m3 équipée d'un malaxeur. « Nous la vidangeons tous les trois jours. Cela représente un volume d'environ 150 m3 à chaque fois », précise Adrien Monxifrot, le responsable du troupeau laitier au sein du Gaec.

Une préfosse de 200 m3 avec malaxeur

Les racleurs fonctionnent dix fois par jour. « Pour assécher les logettes, nous avons remplacé la paille broyée par de la farine de paille (40 g/vl/j). C'était indispensable pour faciliter la vidange du canal. En revanche, la farine de paille est plus difficile à distribuer lorsqu'il y a du vent et elle fait beaucoup de poussière quand on l'épand », regrette Adrien Monxifrot.

Après trois ans de fonctionnement, les éleveurs sont plutôt satisfaits des résultats. « La première année, nous avons eu beaucoup de problèmes de pattes parce que nous avions rassemblé trois troupeaux. Depuis, c'est beaucoup mieux. En revanche, les mamelles sont un peu moins propres depuis que nous avons remplacé la paille broyée par de la farine de paille. Il reste cependant quelques réglages à faire sur les logettes. » Satisfaction également du côté du fonctionnement et facilité d'entretien du système. « Nous devons juste graisser le kit d'entraînement tous les deux mois. »  

Avis d'expert

Mickaël Velé, commercial de la concession Elevance

« Il y a deux fois moins de lisier à pousser »

« Cette solution est compatible avec les systèmes lisiers (au maximum 500 g de paille/logette/j). Elle est très intéressante quand on gère un troupeau en deux lots, notamment lorsque l'un des deux sort au pâturage. Avec un canal central, il y a deux fois moins de lisier à pousser et la durée du raclage est également divisée par deux. Il n'est donc pas nécessaire de surdimensionner le matériel. Les racleurs n'ayant pas besoin d'être très hauts (17 cm), les vaches les enjambent plus facilement. La vidange du canal (600 mm de diamètre) se fait par gravité. Une ouverture de 30 cm au niveau du sol suffit. Il est par conséquent possible de passer dessus avec un tracteur. L'armoire de commande peut gérer les racleurs par couloir. Cela permet d'utiliser des moteurs de faible puissance (0,55 kWatt au Gaec) et donc économiques. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière