Aller au contenu principal

NEW HOLLAND T4.75 POWERSTAR AVEC CHARGEUR NEW HOLLAND 720TL
«Un bon valet de ferme»

Daniel Fortin, éleveur au Mesnil-Gilbert dans la Manche, nous fait part de son analyse après une semaine passée aux commandes d'un New Holland T4.75 Powerstar de 75 chevaux.

© M. Portier

Apparue l'an dernier, la gamme de tracteurs T4 regroupe trois modèles de 55, 65 et 75 chevaux, cedernier étant le modèle testé. Ces tracteurs compacts embarquent un petit moteur 4 cylindres turbo d'origine Fiat Power Train. Conforme aux normes Tier 3, il se contente d'une injection mécanique et d'un EGR interne. La transmission mécanique peut être équipée d'un inver- seur hydraulique, ce qui était le cas de notre tracteur. Son gabarit très compact et sa modeste capacité de relevage le destinent plutôt à des travaux légers. Plus étonnant, sa cabine moderne est spacieuse et lumineuse. L'ergonomie des commandes n'a rien à envier aux plus gros tracteurs. Cette cabine est d'ailleurs utilisée sur les récents T5. À l'opposé, le T4 est également proposé en version arceau et en deux roues motrices. Le chargeur d'origine Stoll est le plus gros des deux modèles qui sont montés sur le T4. Dans ce cas, la priorité est donnée à la capacité de levage (1095 kg à l'arrachement ; 3,45 m de hauteur de levage) plutôt qu'à la vitesse d'exécution des mouvements.

Retrouvez les détails de l'essai dans le n°262 de Réussir Lait d'octobre 2012

LES PLUS

• Espace et visibilité de la cabine

• Ergonomie des commandes

• Maniabilité

• Attelage du chargeur

LES MOINS

• Gabarit limitant la polyvalence

• Sélection du régime PDF

• Étagement des vitesses

Les conditions du test
La météo maussade de la fin du mois de juin a perturbé la semaine de prise en main. Les travaux de fenaison et de binage du maïs initialement prévus ont été remplacés par du broyage de refus avec un appareil à axe horizontal de 3 mètres, du transport d'ensilage d'herbe avec une remorque de 8 tonnes et de la manutention de fumier et de balles. À noter que le binage et la fenaison auraient été mieux adaptés au gabarit de ce « valet de ferme ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière