Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vu par le véto
Un bel abcès de la sole

ENCORE QUELQUES
COUPS DE RÉNETTE
et le parage sera
achevé.
ENCORE QUELQUES
COUPS DE RÉNETTE
et le parage sera
achevé.
© J.-M. Nicol
« Le motif pour lequel je suis venu dans l’exploitation était tout autre, mais Pierre tient à me montrer cette vache qui boite de l’antérieur droit depuis quelques jours. À l’en croire, il s’agirait d’une boiterie d’apparition brutale qui coïncide avec la venue en chaleur d’une vache dans ces jours-là…
Pierre avait manifestement envie que je lui donne rapidement raison en regardant la vache faire quelques pas, mais je ne suis pas hélas de ceux qui parviennent à diagnostiquer les maladies et scruter les parasites internes en regardant les bêtes à cinq mètres ; je ne crois pas que les boiteries des antérieurs soient presque toutes dues à un chevauchement acrobatique, et je ne crois pas non plus le panaris responsable de 90 % des boiteries des postérieurs…

Non, la réalité est têtue ; pour déclencher un quelconque traitement, il me faut savoir ce qui se passe et pour établir le diagnostic, il faut lever le pied au moins pour s’assurer qu’il n’est pas en cause !

UN « PSCHIIIT » QUI EN DIT LONG


Voilà la belle au cornadis, un licol à la tête, la tête tirée du côté droit. Reste à accéder au pied en levant le canon amarré au cornadis. La muraille des onglons est intacte ; l’espace interdigité aussi. Un petit coup de maillet sur la sole de l’onglon externe semble bien provoquer une douleur que je ne retrouve pas sous la sole de l’autre onglon.
Allons voir ! Le parage met en évidence une petite fissuration de la ligne blanche devenue sombre à cet endroit. J’abats donc la muraille et la sole autour de cette trace jusqu’à entendre un « pschiiit » et à voir quelques gouttes de pus sortir à vive allure d’une cavité.

Il s’agit bien d’un abcès qui s’étend maintenant sur les deux tiers de la surface de la sole. J’enlève cette partie de la sole devenue inutile sans faire couler de sang. Le pied portera sur la muraille et en talon le temps de la cicatrisation et de la repousse de la corne à partir du vif enfin tranquille ; le tout sans la participation d’antibiotiques. Quatre jours plus tard, la boiterie n’est qu’un mauvais souvenir. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière