Aller au contenu principal
Font Size

Un bardage escamotable pour une meilleure ambiance dans les bâtiments d´élevage

La pailleuse génère de la poussière. Grâce au bardage escamotable, les vaches et l´éleveur ne toussent plus.


Le bardage escamotable répond à deux objectifs : évacuer la poussière lors du paillage et réguler l´ambiance des bâtiments par tous les temps. Il est constitué de 13 panneaux de 5X2 mètres (sur une longueur de 65 m), qui coulissent ensemble le long du mur extérieur du bâtiment entre les poteaux du hangar. Chaque panneau est entraîné par deux chaînes, au bout desquelles un contrepoids (en fer plat) permet de réduire la force nécessaire au soulèvement-abaissement du bardage. La masse du contrepoids doit être égale à celle du panneau. « Grâce au contrepoids, le moteur électrique ne sert qu´à donner le mouvement », précise François Bourguignon, du Gaec de La Source en Côte-d´Or, lauréat 2003 du Prix de l´éleveur futé, co-organisé par Réussir Lait Elevage et France Contrôle Laitier.
L´agriculteur a eu cette idée en visitant un bâtiment où un bardage escamotable était constitué de panneaux tenus par des câbles. « J´ai opté pour des chaînes, plus solides, qui ne présentent pas de risque de déraillement ». Chez François Bourguignon, le bardage est en plastique translucide. « Nous n´avons pas mis de filet brise-vent, car il vieillit plus vite et est facilement bouché par la paille ».
©C. Pruilh


©C. Pruilh

Un surcoût de 5000 euros
Cet agencement est le résultat de discussions entre François Bourguignon, le constructeur et un serrurier. « Il fallait que tout soit bien coordonné, puisque le constructeur amenait les poteaux préparés, avec le trou pour faire passer l´axe et les emplacements pour y loger les chaînes, et le serrurier amenait les chaînes et l´axe ». Le dispositif -moteur, câble électrique, axe, chaînes (70 m), contrepoids et adaptation des poteaux- représente un surcoût de 5000 euros par rapport à un bardage classique.
Le bardage escamotable n´a été fait que sur une longueur du bâtiment. De l´autre côté, le long du couloir d´alimentation, un filet brise-vent a été installé : « Il n´y a pas de projection de paille à cet endroit et le filet empêche les étourneaux de rentrer (lorsqu´il neige) et de salir ». François Bourguignon ne ferme jamais complètement le bardage. En été, il est complètement ouvert.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière