Aller au contenu principal

Un bardage escamotable pour une meilleure ambiance dans les bâtiments d´élevage

La pailleuse génère de la poussière. Grâce au bardage escamotable, les vaches et l´éleveur ne toussent plus.


Le bardage escamotable répond à deux objectifs : évacuer la poussière lors du paillage et réguler l´ambiance des bâtiments par tous les temps. Il est constitué de 13 panneaux de 5X2 mètres (sur une longueur de 65 m), qui coulissent ensemble le long du mur extérieur du bâtiment entre les poteaux du hangar. Chaque panneau est entraîné par deux chaînes, au bout desquelles un contrepoids (en fer plat) permet de réduire la force nécessaire au soulèvement-abaissement du bardage. La masse du contrepoids doit être égale à celle du panneau. « Grâce au contrepoids, le moteur électrique ne sert qu´à donner le mouvement », précise François Bourguignon, du Gaec de La Source en Côte-d´Or, lauréat 2003 du Prix de l´éleveur futé, co-organisé par Réussir Lait Elevage et France Contrôle Laitier.
L´agriculteur a eu cette idée en visitant un bâtiment où un bardage escamotable était constitué de panneaux tenus par des câbles. « J´ai opté pour des chaînes, plus solides, qui ne présentent pas de risque de déraillement ». Chez François Bourguignon, le bardage est en plastique translucide. « Nous n´avons pas mis de filet brise-vent, car il vieillit plus vite et est facilement bouché par la paille ».
©C. Pruilh


©C. Pruilh

Un surcoût de 5000 euros
Cet agencement est le résultat de discussions entre François Bourguignon, le constructeur et un serrurier. « Il fallait que tout soit bien coordonné, puisque le constructeur amenait les poteaux préparés, avec le trou pour faire passer l´axe et les emplacements pour y loger les chaînes, et le serrurier amenait les chaînes et l´axe ». Le dispositif -moteur, câble électrique, axe, chaînes (70 m), contrepoids et adaptation des poteaux- représente un surcoût de 5000 euros par rapport à un bardage classique.
Le bardage escamotable n´a été fait que sur une longueur du bâtiment. De l´autre côté, le long du couloir d´alimentation, un filet brise-vent a été installé : « Il n´y a pas de projection de paille à cet endroit et le filet empêche les étourneaux de rentrer (lorsqu´il neige) et de salir ». François Bourguignon ne ferme jamais complètement le bardage. En été, il est complètement ouvert.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière