Aller au contenu principal
Font Size

Un "barcamp" sur l'organisation du travail

Début décembre, la chambre d'agriculture et le CRDA de la Manche ont organisé un barcamp sur l'organisation du travail. Ce format de réunion mi-organisée mi-improvisée vise à faciliter les échanges entre agriculteurs et les retours d'expériences.

Le 8 décembre, 60 agriculteurs et 20 conseillers ont participé au barcamp sur l'organisation du travail mis en place par la chambre d'agriculture de la Manche, le CRDA et leurs partenaires (1). En 2014 déjà, 50 personnes avaient assisté à un premier barcamp axé sur les projets. « Le barcamp est un format de réunion né dans le milieu de l'informatique et d'internet, explique Isabelle Bennehard, de la chambre d'agriculture, responsable du barcamp 2015. Le principe est que tous les participants sont acteurs de la réunion. L'objectif est de faire remonter des expériences du terrain, de faciliter les échanges entre agriculteurs et non plus d'avoir des messages descendants. Le thème de l'organisation du travail a été choisi parce qu'il concerne tous les producteurs. » La réunion était organisée sur le site du Pavillon des énergies du conseil départemental de la Manche, au Dézert , lieu central et convivial. Les agriculteurs avaient été informés de la manifestation par le biais d'internet, d'articles de presse et par les partenaires du barcamp. Sept ateliers ou « camps » étaient organisés : agrandissement, efficacité, relations sereines, temps de travail et vie personnelle, pénibilité, motivation et évolution du métier. Chaque agriculteur pouvait participer à deux ateliers auquel il s'était préalablement inscrit, un le matin, un l'après-midi.

Faciliter la prise de parole

Chaque atelier, qui regroupait 7 à 10 personnes, commençait par un témoignage d'un agriculteur sur le thème proposé. Le groupe, co-animé par un agri-animateur (un professionnel élu ou engagé dans un groupe) et par un salarié d'un organisme, était ensuite invité à échanger. L'atelier se terminait par une demi-heure de synthèse sur ce qui s'était dit dans l'atelier. Enfin, une restitution était faite pour les personnes qui n'avaient pas pu participer à l'atelier. « Le format barcamp attire des personnes que l'on ne voit pas dans les réseaux habituels, constate Catherine Brunel, conseillère animation de groupes et de projets de la chambre d'agriculture. Le fait d'être en petits groupes, entre agriculteurs, facilite la prise de parole. Le rôle de l'agri-animateur, qui invite chacun à parler, est très important. Il y a aussi la convivialité liée au lieu, au fait que les participants ne sont pas derrière une table mais assis en rond, qu'ils boivent un café et mangent ensemble le midi. Les ateliers sont très vivants. Tous les participants sont des experts et le format barcamp facilite le partage d'expériences.» Pour faciliter la mise en réseau, chaque personne avait par ailleurs reçu trois cartes de visite qu'il pouvait échanger avec d'autres agriculteurs ou les salariés des organismes. Enfin, la décision avait été prise cette année de capitaliser sur la rencontre en faisant ressortir des idées d'actions collectives pouvant être menées par la suite sur l'organisation du travail.

Une accroche????
(1) Littoral Normand, Cuma Basse-Normandie, Service de Remplacement, ASAVPA, MSA, Activ’Emploi, Crédit Mutuel, Conseil départemental de la Manche, Conseil régional, Cas DAR.>> La vidéo du Barcamp : https://vimeo.com/151003612

« Une bonne solution pour discuter entre agriculteurs »

« Le barcamp est une bonne solution pour que les agriculteurs discutent entre eux. Ce n’est pas une réunion classique, il n’y a pas de spectateurs. Chacun peut s’exprimer et bénéficier de l’expérience des autres. Tous les agriculteurs font des choses pour l'organisation du travail et tous sont intéressés par ce que font les collègues. Les discussions sont à bâton rompu. Certains participent plus que d'autres mais l'animateur est là pour inciter tout le monde à parler. Comme en 2014, les participants ont été très satisfaits car c'est une forme de réunion très concrète et conviviale. On repart motivé avec des idées plein la tête et on peut ensuite réfléchir sur son exploitation sur ce que l'on pourrait améliorer. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière