Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un accord aux Pays-Bas pour une croissance durable

Vaches laitières en stabulation aux Pay-Bas.
Vaches laitières en stabulation aux Pay-Bas.
© A. Conté

Le gouvernement, les syndicats d’agriculteurs, les transformateurs laitiers et les ONG ont conclu cette année un accord sur un projet de développement de la production laitière, associé à des engagements environnementaux. Cet accord illustre le pragmatisme néerlandais, qui « cherche à anticiper les réglementations, et à essayer de concilier intérêts économiques et environnementaux », a expliqué Annie de Veer, du centre de recherche de Wageningen lors du colloque « L’Europe laitière en 2020 » organisé par l’Inra et l’Institut de l’élevage.
L’accord pour une croissance responsable repose sur les points suivants : améliorer l’efficacité énergétique et la production d’énergie, réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30 % par rapport à 1990, améliorer la longévité des animaux et réduire l’emploi des antibiotiques, maintenir le pâturage dans au moins 75 % des exploitations, réduire les pertes d’azote et de phosphore et les émissions d’ammoniac, améliorer la biodiversité.
« Un des gros points visé par l’accord est le maintien des prairies, et d’un minimum de pâturage. Les gens veulent voir des vaches dans les prairies. Le minimum est de 6 heures par jour, 120 jours par an. Friesland Campina donne déjà un complément de prix aux éleveurs qui le font. Il a été mis 75 % des exploitations dans l’accord ; c’est un début », ajoute Annie de Veer.


Le maintien du pâturage est une des mesures phares


L’autre gros sujet est la pression en azote, phosphore, ammoniac. « Les éleveurs sont relativement confiants dans l’avenir, mais ils doutent quand même du fait de la pression environnementale. Si la production passe au-dessus de 15 000 litres par hectare, il y aura obligation de traiter le lisier et de l’exporter, et ça coûte cher. Si la production nationale de phosphore n’est pas maîtrisée, cela peut déboucher sur une restriction du nombre d’animaux. Donc tout n’est pas gagné. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Elevage des veaux au Québec : « Le colostrum, c’est bien plus que des anticorps »
Pour la nutritionniste québécoise Déborah Santschi, le premier repas de colostrum est extrêmement important car il a un impact à…
Le pare-chocs réduit l’accidentologie
Machinisme
Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.
élevage laitier polonais
La Pologne opère une diversification de ses produits laitiers et de ses clients

Ce qui pourrait contrarier l'essor de la production laitière serait la hausse des coûts. Une hausse liée à la…

contrat
[Prix du lait] La Commission européenne valide les indicateurs économiques de la filière
Le tableau de bord des indicateurs économiques donne un cadre économique de référence pour les négociations commerciales de 2020.
Vignette
Mobilisation collective pour mieux valoriser le lait de montagne
Les deux tiers du lait de montagne sont insuffisamment valorisés, alors que les atouts de la montagne sont en phase avec les…
Mieux gérer la mise à jour des données journalières des automates

Au sein de France conseil élevage, plusieurs projets sont développés pour assurer la collecte, le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière