Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un accident domestique

Morte en convulsions en quelques minutes.
Morte en convulsions en quelques minutes.
© J.-M. Nicol

Bien sûr cela arrivera à d’autres un jour ou l’autre parce qu’on fait mécaniquement un tas de choses sans s’en rendre compte, par automatisme. Cette fois-ci, les vaches sont de sortie, pas pour aller en pâture mais pour divaguer dans la cour de l’exploitation et sur la petite route où ne passe personne. Oh ! Même pas pour quelques heures, histoire de mettre un peu d’animation dans le pays. Non, juste trois quarts d’heure puisque trois quarts d’heure avant de les voir passer sous sa fenêtre, l’éleveur était auprès de ses vaches. Sauf qu’en les ramassant, il en avise une allongée à deux pas de la stabulation, agitée, en convulsions. C’est là que mon téléphone sonne.

Oedème du poumon en phase terminale

Oui, elle est en convulsions, le souffle court, comme une vache en tétanie ; elle a régurgité et ne tarde pas à mourir. Pour tuer aussi vite une vache avec des convulsions, je ne connais que l’oenanthe safranée qui encombre ici les fossés, quelques insecticides qu’il aurait fallu qu’elle boive au goulot et l’urée. De l’oenanthe, il y en a mais les plantes sont intactes ; de l’urée il y en a plusieurs sacs intacts sous un appentis et il y a également un sac éventré depuis belle lurette dont les grains se sont colorés au contact de la terre. Une bouse fraîche couronne la découverte…

Un coup d’oeil aux autres vaches s’impose. Une vache couchée prend une drôle de posture et ne décampe pas de sa logette. Elle a quelques tremblements de la face et sa respiration trahit quelques difficultés. Malgré la prise orale de vinaigre, les dégâts sont faits et elle mourra quelques heures plus tard en oedème pulmonaire d’une forme moins brutale d’intoxication. Un prélèvement de jus de rumen confirmera le pH 8 de la première morte et l’intoxication aiguë ammoniacale à coup d’urée. Il y a maintenant tout à parier que les sacs d’urée ont été remisés à l’abri des convoitises et que les verrous des portails ferment sans difficulté. Ah oui ! Je sens bien que ça donne des idées à quelques-uns parce que ça arrivera à d’autres mais pas à vous…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière