Aller au contenu principal
Font Size

Trouver un compromis entre vitesse de séchage et pertes de feuilles

Les essais menés en 2012 par Arvalis Institut du végétal à la station de la Jaillère (44) montrent que les retourneurs d’andains à rotors hydrauliques offrent des perspectives intéressantes pour améliorer la récolte de la luzerne.

« POUR UN ÉLEVEUR, la stratégie doit d'abord être d'optimiser le réglage et l’utilisation du matériel disponible
puis de s’orienter éventuellement
vers des outils plus adaptés au foin
de légumineuses, comme les
faucheuses conditionneuses
à rouleaux », estime Gilles Crocq,
d’Arvalis Institut du végétal.
« POUR UN ÉLEVEUR, la stratégie doit d'abord être d'optimiser le réglage et l’utilisation du matériel disponible
puis de s’orienter éventuellement
vers des outils plus adaptés au foin
de légumineuses, comme les
faucheuses conditionneuses
à rouleaux », estime Gilles Crocq,
d’Arvalis Institut du végétal.
© V. Bargain

Pour les producteurs de luzerne, la récolte est la phase la plus délicate de la conduite de la culture. Lors du séchage au sol, les pertes peuvent dépasser 30 % du volume initial. Et ce sont surtout les feuilles, deux à trois fois plus riches en azote que les tiges, qui sont perdues.

Toutes les étapes de la chaîne de récolte sont concernées mais les pertes deviennent vraiment significatives quand le fourrage atteint 60-65 % de matière sèche.

Des essais ont été réalisés en 2011 et 2012 sur la station Arvalis Institut du végétal de la Jaillère (44) dans le but d’améliorer la récolte de la luzerne en foin et notamment de limiter les pertes au champ tout en optimisant la vitesse de séchage. Différents matériels ont été comparés en 2012.

Fauchage : avec une faucheuse classique ou à rouleaux

Durant la première phase de séchage (de 15-20 % MS à 45-50 % MS), la perte d’eau est très rapide et se fait essentiellement parce que les stomates des feuilles sont encore ouverts. Pour optimiser le séchage, il est donc conseillé de faucher dès disparition de la rosée pour une exposition maximale aux rayons du soleil dès le premier jour. Mieux vaut utiliser une faucheuse rotative classique (6 à 9 000 € en 3m portée) qui fauche à plat et ne fragilise pas les feuilles, plutôt qu’une faucheuse conditionneuse à fléaux qui augmente les pertes et replace souvent le fourrage en andains.
Les plus adaptées pour la luzerne restent toutefois les faucheuses conditionneuses à rouleaux (15-20 000 € en 3 m traînée) qui, en écrasant les tiges, améliorent la vitesse de séchage et sont moins agressives qu’un conditionneur à fléaux.

Quelle que soit la faucheuse, le débit de chantier est de 2 à 2,5 ha/h sur des largeurs de fauche de 3 m à 3,5 m. Et avec un équipement de fauche frontale supplémentaire, le débit peut passer à plus de 6 ha/h.

Fanage : jamais en pleine chaleur

Le fanage est à raisonner en fonction de la quantité de fourrage fauché. Il est souvent inutile en 3e et 4e coupes, les rendements étant alors plus faibles. Faner juste après la fauche n’est en général nécessaire qu’après une conditionneuse pour ré-étaler les andains. Le fanage doit être de moins en moins agressif et de plus en plus matinal au fur et à mesure que le foin sèche et se fragilise. C’est en effet ce poste qui cause le plus de pertes (20 à 30 %) s’il n’est pas pratiqué sur un fourrage ré-humidifié c’est-à-dire le matin, avant disparition de la rosée. La plage d’intervention est donc limitée.

Le fanage avec une faneuse à toupies de 7 à 8m de large (4 à 7000 €) se fait à plus de 5 ha/h: la vitesse d’avancement doit être assez rapide tout en limitant la vitesse de rotation des toupies. L’agressivité du passage de l’outil est à modérer en fonction du taux de matière sèche du fourrage.

Andainage : andaineur à soleil ou à toupies

L’essentiel pour l’andainage comme pour le fanage est de privilégier un bon débit de chantier pour intervenir dans la fenêtre optimale. Andainer le matin dans la rosée tant que les feuilles sont encore ré-humidifiées et peu fragiles, toujours de manière peu agressive. Un andaineur à soleil permet un très bon débit de chantier: de 6 à 10 ha/h pour des modèles de 7 à 8m de largeur de travail et douze à quatorze soleils (10 à 14000 €). Lorsque les réglages de l’outil sont bien maîtrisés, il peut limiter la perte de feuilles. Et le risque de souillure du fourrage n’est pas plus élevé qu’avec un andaineur à toupies classique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière