Aller au contenu principal

Trois voies pour augmenter la production de protéines fourragères

Quand les cours du tourteau de soja s'affolent, la recherche de plus d'autonomie en protéines gagne des galons. Christian Huyghe, de l'Inra, a fait le point sur les solutions lors des « Prairiales du Robillard ».

CHRISTIAN HUYGHE DE L'INRA. « Le recours aux associations de graminées-légumineuses est le levier le plus efficace pour augmenter la production de protéines fourragères par hectare. »
CHRISTIAN HUYGHE DE L'INRA. « Le recours aux associations de graminées-légumineuses est le levier le plus efficace pour augmenter la production de protéines fourragères par hectare. »
© F. Mechekour

La flambée des prix des matières premières, et en particulier celui du tourteau de soja (jusqu'à 550 EUR/t cet été à Chicago), sonne comme une piqûre de rappel. La dépendance en protéines peut coûter très cher. « Les faibles récoltes de soja de la dernière campagne et l'augmentation de la demande, notamment de la Chine qui représente à elle seule plus de 60 % des échanges mondiaux de graines oléagineuses, créent les conditions propices au maintien de cours élevés des sources de protéines sur le marché », a souligné Corinne Peyronnet, de l'Onidol-Unip, lors de son intervention au colloque Prairiales de Normandie qui s'est déroulé le 22 novembre au lycée agricole du Robillard dans le Calvados. Ce colloque avait pour thème : « La prairie, la protéine de demain! ».


Augmenter la part des associations


La capacité des ruminants à valoriser les protéines contenues dans les fourrages font de l'augmentation de la production de protéines par hectare un bon levier pour améliorer l'autonomie en protéines de son élevage.

Pour Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint « Agriculture » à l'Inra, le développement des associations graminées-légumineuses « constitue une voie privilégiée pour accroître la production de protéines à partir de surfaces fourragères, en limitant les coûts liés à la fertilisation et les pertes en azote par lessivage ».


Ce scientifique rappelle notamment qu'en conditions de limitation de la fertilisation azotée, l'utilisation d'associations « permet de maintenir une productivité fourragère et améliore fortement la teneur en protéines par rapport à des graminées normalement fertilisées ».

Par ailleurs, l'association offre une meilleure répartition de la production de fourrages au cours de l'année. Christian Huyghe reconnaît cependant que leur conduite est assez délicate (évolution des espèces dans le temps...)


10 à 35 % de protéines en plus avec le séchage en grange


Le séchage en grange fournit également un bon levier. « Cette technique, qui nécessite des investissements importants, permet une amélioration très nette de la qualité des fourrages conservés et distribués, quel que soit le type de fourrage. Elle est de l'ordre de 10 à 35 % de protéines en plus par rapport à un fanage au sol(1). »

Le séchage en grange permet aussi de réduire le risque « puisque le temps de séjour au sol du fourrage est très limité ».


En revanche, compte tenu des particularités physiologiques des végétaux, la sélection variétale ne représente pas un levier privilégié pour augmenter la teneur en protéine du fourrage. Cette dernière est relativement constante pour chaque espèce fourragère, pour un niveau donné de production de matière sèche.


Quoi qu'il en soit, ramené à l'hectare, la luzerne domine avec une production d'environ 2600 kg de protéines par hectare, pour une rendement de 13 tonnes de MS contre 2200 kg pour le trèfle violet et 570 kg pour le colza.


Enfin, l'amélioration de l'autonomie en protéines passe aussi par la chasse aux gaspillages liés à une mauvaise gestion du pâturage, un excès d'apport de concentré...


(1) Étude menée à la ferme expérimentale de la Blanche Maison dans la Manche.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière