Aller au contenu principal

PLAN CONSTANT
TROIS LITRES DE BUVÉE ET 600 GRAMMES DE POUDRE PENDANT TOUTE LA PHASE LACTÉE!

Distribuer trois litres de buvée, quel que soit l’âge du veau, cela marche, d’après les expérimentations menées à la station de Mauron.

© A. Conté

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? C’est la question que tout éleveur peut se poser au vu des résultats d’essais menés à la station expérimentale de Mauron dans le Morbihan sur l’alimentation des veaux à plan constant et en un repas par jour. Fini les quantités de buvée ajustées en fonction de l’âge du veau ! L’originalité du plan constant consiste à distribuer 3 litres d’aliment d’allaitement contenant 600 grammes de poudre (200 g par litre) pendant toute la phase lactée indépendemment de l’âge.

Classiquement, la quantité de lait évolue de 3 litres la deuxième semaine à 4,5 litres de la quatrième à la sixième semaine pour redescendre à 2 litres avant le sevrage. D’après les essais menés à Mauron sur au total 160 veaux holstein, cette simplification de l’alimentation lactée n’a aucune répercussion sur la croissance des veaux jusqu’au sevrage (à 8 semaines), ni dans les mois qui suivent.

PAS D’EFFET SUR LA CROISSANCE

« Les essais ont été menés avec un lactoremplaceur mais il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas avec une poudre de lait », précise Daniel Le Pichon, responsable de la station expérimentale de Mauron. Les veaux, pour des raisons pratiques, étaient nourris au DAL mais celui-ci était programmé avec un seul repas par jour. Ils avaient à disposition du concentré et du foin à volonté, et de l’eau. Une première expérimentation sur deux bandes d’une quarantaine de veaux a été menée avec un aliment contenant 80 % de maïs grain, 15 % de soja et 5 % de minéral 4-26-5.

Un deuxième essai a été conduit cet hiver sur deux autres bandes de veaux avec un aliment contenant 71 % de blé, 25 % de soja et 4 % de CMV 4-26-5. L’aliment était plafonné à 3 kilos pour la première bande « maïs », et à 2 kilos pour les trois autres bandes. Toutes les quantités ingérées ont été mesurées. Les lots en plan constant ont consommé environ 9 kilos d’aliment d’allaitement en moins que les lots témoins (33 kg au lieu de 42 kg). Mais ils ont mangé davantage d’aliment concentré, entre 9 et 11 kilos supplémentaires suivant les bandes de veaux. « Les veaux ont compensé la moindre quantité d’aliment d’allaitement par une plus grande quantité de concentré », souligne Daniel Le Pichon. Pour que le plan constant marche, il faut tout de même veiller à ce que « le concentré et le foin soient consommables c’est-à-dire propres et accessibles ».

9 KILOS DE POUDRE EN MOINS

« Ce système de plan constant ne fonctionne pas avec du lait entier », a précisé Jean-Yves Porhiel du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne lors de la journée technique lait bretonne « Redastreinte » organisée le 26 février dernier. « Car avec 3 litres de lait entier, les veaux seraient en déficit énergétique pendant les semaines 4 et 5 (ils recevraient l’équivalent de 400 g de poudre de lait). » Un nouvel essai vient de démarrer à Mauron sur l’alimentation des veaux à plan constant. Il s’agit cette fois-ci de comparer un lot disposant d’un concentré maïs/soja à un autre lot consommant un aliment premier âge puis un aliment deuxième âge. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière