Aller au contenu principal

Trois conditions pour qu’un marché à terme fonctionne

Alors que le secteur laitier commence à s’intéresser à cet outil pour limiter les effets de la volatilité, retour d’expérience de la filière grain.

Dans le blé, le marché à terme ne s’est pas fait du jour au lendemain ; il a fallu une dizaine d’années, rappelle Jean-Loïc Bégué-Turon, en charge de l’activité matières premières agricoles chez Caceis (groupe Crédit agricole)(1). Il fonctionne depuis dix ans. La filière blé ne peut plus s’en passer aujourd’hui : toutes les transactions au sein de la chaîne se traitent en référence au marché à terme. »

C’est un marché financier qui n’est pas fait pour les spéculateurs. « Il est fait pour que chaque maillon de la chaîne, indépendamment l’un de l’autre, puisse aller couvrir son prix de revient, fixer un prix objectif et gérer sa marge » . Les producteurs y accèdent via leur coopérative, le collecteur privé ou directement. « La fin en soi n’est pas de faire ouvrir un compte de marché à terme à tous les producteurs, mais toute la filière doit s’y intéresser : c’est une boîte à outils qui fonctionne uniquement si tout le monde se met à l’utiliser».

Couvrir son prix de revient et gérer sa marge

« Aujourd’hui, les marchés à terme du lait ne fonctionnent pas très bien, notamment en Europe ». Celui lancé par Euronext il y a quelques années a été « un fiasco total ». Mais les Allemands sont en train de s’y mettre. En France, des formations producteurs vont être organisées par l’Ifocap avec Agritel à l’initiative de la FNPL. « Trois conditions sont nécessaires pour qu’un marché à terme fonctionne », affirme ce spécialiste qui gère 1200 comptes dont 900 pour des agriculteurs.

1- « Il faut qu’il y ait un environnement de prix favorable pour que tout le monde se réveille ». Sur le blé, le marché à terme s’est mis à fonctionner « quand le prix s’est mis à monter et baisser en 2007-2008 » et que « tout le monde a réclamé la même chose (un prix moyen) en même temps ».

2- L’ensemble de la filière doit être d’accord et accepter la transparence des prix : c’est le point clé. « Ce qui a bloqué la filière blé à certains moments , c’est la réticence d’acteurs dominants à accepter cette transparence, la compréhension de la construction de la marge des opérateurs. Il a fallu se battre y compris dans le monde coopératif ».

3- La formation est essentielle. Le problème de compétence est un point de blocage. "Il y a vingt ans, les premiers opérateurs de la filière grain sont allés sur le marché à terme pour ne pas stocker. Il ne sert pas à çà ! ».

(1) Lors de l’AG de la FNPL le 15 mars 2018.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière