Aller au contenu principal

Trois conditions pour qu’un marché à terme fonctionne

Alors que le secteur laitier commence à s’intéresser à cet outil pour limiter les effets de la volatilité, retour d’expérience de la filière grain.

Dans le blé, le marché à terme ne s’est pas fait du jour au lendemain ; il a fallu une dizaine d’années, rappelle Jean-Loïc Bégué-Turon, en charge de l’activité matières premières agricoles chez Caceis (groupe Crédit agricole)(1). Il fonctionne depuis dix ans. La filière blé ne peut plus s’en passer aujourd’hui : toutes les transactions au sein de la chaîne se traitent en référence au marché à terme. »

C’est un marché financier qui n’est pas fait pour les spéculateurs. « Il est fait pour que chaque maillon de la chaîne, indépendamment l’un de l’autre, puisse aller couvrir son prix de revient, fixer un prix objectif et gérer sa marge » . Les producteurs y accèdent via leur coopérative, le collecteur privé ou directement. « La fin en soi n’est pas de faire ouvrir un compte de marché à terme à tous les producteurs, mais toute la filière doit s’y intéresser : c’est une boîte à outils qui fonctionne uniquement si tout le monde se met à l’utiliser».

Couvrir son prix de revient et gérer sa marge

« Aujourd’hui, les marchés à terme du lait ne fonctionnent pas très bien, notamment en Europe ». Celui lancé par Euronext il y a quelques années a été « un fiasco total ». Mais les Allemands sont en train de s’y mettre. En France, des formations producteurs vont être organisées par l’Ifocap avec Agritel à l’initiative de la FNPL. « Trois conditions sont nécessaires pour qu’un marché à terme fonctionne », affirme ce spécialiste qui gère 1200 comptes dont 900 pour des agriculteurs.

1- « Il faut qu’il y ait un environnement de prix favorable pour que tout le monde se réveille ». Sur le blé, le marché à terme s’est mis à fonctionner « quand le prix s’est mis à monter et baisser en 2007-2008 » et que « tout le monde a réclamé la même chose (un prix moyen) en même temps ».

2- L’ensemble de la filière doit être d’accord et accepter la transparence des prix : c’est le point clé. « Ce qui a bloqué la filière blé à certains moments , c’est la réticence d’acteurs dominants à accepter cette transparence, la compréhension de la construction de la marge des opérateurs. Il a fallu se battre y compris dans le monde coopératif ».

3- La formation est essentielle. Le problème de compétence est un point de blocage. "Il y a vingt ans, les premiers opérateurs de la filière grain sont allés sur le marché à terme pour ne pas stocker. Il ne sert pas à çà ! ».

(1) Lors de l’AG de la FNPL le 15 mars 2018.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière