Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Traiter le paramphistome seulement en cas d’infestation importante

Traiter les vaches laitières n’est pas aisé. Éviter les contaminations en les éloignant des zones à risque est toujours préférable.

L’hôte intermédiaire du paramphistome est le même que celui de la grande douve, la limnée tronquée, qui vit dans des eaux stagnantes peu profondes.
© J.-M. Nicol

Le cycle du paramphistome est assez similaire à celui de la grande douve, sauf qu’il se termine dans le rumen sur la paroi duquel se fixent les adultes. « La paramphistomose, maladie due à des adultes est une affection rare et dont les contours restent mal définis, indique Jean-Marie Nicol. Reste la maladie provoquée par les jeunes en migration. Rare aussi mais celle-là peut tuer de temps à autre. » Cette dernière se traduit par « une diarrhée verdâtre et abondante qui démarre trois à six semaines après une infestation massive, le plus souvent en fin d’automne ou parfois même après la rentrée en stabulation. » Sauf en cas de paramphistomose larvaire, la coproscopie est la méthode la plus sûre pour la mettre en évidence le paramphistome et évaluer la charge parasitaire. Il est préférable de tester les animaux les plus âgés parce que le paramphistome vit plusieurs années et s’accumule dans le rumen au fil des réinfestations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

La vache en fin de gestation est plus lourde et a besoin de plus de confort. Elle se couche différemment par rapport à une vache en lactation : elle s’allonge plus sur le flanc. © B. Griffoul
Préparation au vêlage : peut mieux faire !
Une enquête dans le Rhône révèle qu’un tiers seulement des élevages préparent les vaches au vêlage en lot jusqu’à leur mise bas,…
« Cohérence, adaptabilité des systèmes, savoir-faire sont des facteurs clés de la réussite économique », affirment les experts des Cerfrance d’Auvergne-Rhône-Alpes. © B. Griffoul
En lait bio, des revenus qui vont du simple au triple
Une étude des Cerfrance d’Auvergne-Rhône-Alpes montre de grandes disparités de performance économique au sein des exploitations…
camion de collecte Biolait
Le prix du lait Biolait à 470,59 €/1000 l sur 2019
Avec le retour sur résultat de Biolait, le prix du lait 2019 moyen perçu par les éleveurs adhérents atteint 470,59 €/1000 l…
logo Sodiaal
Label Bas Carbone : Sodiaal annonce 95 fermes laitières engagées en 2020
En 2020, ces exploitations de la coopérative Sodiaal font partie d'un projet pilote de labellisation de la réduction de leur…
Salon de l'agriculture : En Rouge Flamande, la puissance de Myrtille fait la différence
Au SIA, seize animaux étaient en compétition le 24 février. Myrtille de l'élevage Xavier Cuvillier dans le Pas-de-Calais a été…
Frédéric (à gauche) et Damien Tijs (à droite), éleveurs. « Notre passage au bio ne chamboulera pas notre système mais c’est un nouveau défi. » © E. Bignon
« Du tout herbe au bio, il n’y a plus qu’un pas »
Au Gaec de la Grosse Haie, en Meurthe-et-Moselle, les associés ont bâti un système tout herbe, autonome et économe, qui résiste…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière