Aller au contenu principal
Font Size

Toujours de grandes incertitudes sur la Chine

Les grands exportateurs fondent beaucoup d'espoir sur le marché chinois. L'inconnue forte reste la production laitière nationale.

Les importations de laits infantiles et de laits liquides ont augmenté de 20 % par rapport à 2014.
Les importations de laits infantiles et de laits liquides ont augmenté de 20 % par rapport à 2014.
© P. Bourgault

923 000 tonnes de poudre de lait et 186 000 tonnes de lait liquide ont été importées en 2014 par la Chine. Neuf fois plus qu'en 2007. La consommation de produits laitiers a triplé en Chine depuis 2000, à 30 litres par an et par habitant en 2014. Elle importe environ 20% de sa consommation de produits laitiers. « Mais en 2015, retournement de situation, sur les cinq premiers mois, les achats de poudre ont été divisés par deux par rapport à 2014, et sont de 12% inférieurs à 2013, explique Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage, dans la lettre de veille Chine-Abcis. Cette désaffection touche principalement les poudres grasses : si les importations de poudre maigre reculent de 30% par rapport à 2014, elles restent en progression par rapport à 2013. » Quant aux importations de laits infantiles et de lait liquide, elles ont augmenté de 20% par rapport à 2014 ! « Les stocks constitués sur 2014 ne seront sans doute pas écoulés avant septembre-octobre. L'inconnue forte reste la production laitière nationale. Après la chute du prix du lait, la décapitalisation et le ralentissement des investissements dans les fermes géantes en 2014, nul ne sait quelle sera la production laitière en Chine en 2015 », avance Jean-Marc Chaumet. La production laitière intérieure a été largement soutenue par le gouvernement grâce à des prêts bonifiés, des subventions à l'achat d'aliments et des offres de génétique. Elle est passée de 10 à 35 millions de tonnes entre 2000 et 2008.

Un marché très convoité

Les leaders mondiaux investissent et renforcent leurs partenariats capitalistiques avec les industriels laitiers chinois : Danone, FrieslandCampina, Fonterra... Plusieurs sites de transformation sont actuellement en construction, notamment par Yoplait, Beingmate, Yili, Fonterra... Des fonds importants sont également investis en amont, dans les fermes laitières. En retour, les Chinois investissent dans le monde, en Nouvelle-Zélande, aux USA, en Australie, et en Europe. Excédentaire sur les biens manufacturés, la Chine est très dépendante de l'extérieur pour ses approvisionnements agricoles. Elle importe 20% de ses besoins en produits laitiers. Avec 20 millions de naissances en 2015, le marché chinois est très convoité. La prochaine mission d'agrément des entreprises françaises pour l'export en Chine est prévue à l'automne.

 

Le développement rapide des grandes fermes laitières

« En 2012, 15% des vaches laitières étaient détenues dans des exploitations de plus de 1000 vaches, contre moins de 3% dix ans auparavant, explique l'Institut de l'élevage. Ces grandes exploitations appartiennent soit à des grands groupes laitiers chinois, qui développent en même temps la production et la transformation, soit à des entreprises spécialisées dans l'élevage laitier, soit à des investisseurs. » Ce développement s'est accéléré avec la crise de la mélamine. « Les autorités pensent que les grandes fermes permettent d'augmenter rapidement la production, de limiter les problèmes sanitaires et d'adultération du lait qui ont eu lieu pendant la crise de la mélamine », explique Jean-Marc Chaumet. Elles dépendent très fortement des importations de fourrages : 1 million de tonnes de foin ont été importées en 2014, à 80% des USA. Pour produire le lait, 200 000 vaches laitières ont été importées en 2014, principalement d'Australie, de Nouvelle-Zélande et de l'Uruguay. Une ferme peut coûter 20 millions de dollars. Le retour sur investissement, avec un prix du lait à 500 euros pour 1000 litres, peut être rapide, sur huit à dix ans. « Mais avec le ralentissement de la croissance en Chine, le prix du lait est plus faible. Ce qui, conjugué à la grande fragilité vis-à-vis des approvisionnements en alimentation, pose la question de la pérennité de ces systèmes. » Tous les investissements ne sont pas à l'arrêt : un projet sino-russe de construction d'une ferme de 100 000 vaches serait en cours, selon la lettre Chine-Abcis. Près de 700 millions de litres de lait pourraient y être produits à destination du marché russe et l'alimentation proviendrait de 100 000 hectares de terres situées en Russie.

En 2014, les producteurs chinois ont jeté du lait !

En 2013, la production laitière en Chine avait baissé de 6% et les ventes augmenté de façon inexpliquée. Le prix du lait a alors fortement augmenté et cela a créé des tensions. Les entreprises ont augmenté leurs importations de produits laitiers à partir de la fin de l'année.
Début 2014, la croissance de l'économie a ralenti et la consommation baissé. Les industriels sont toujours confrontés à un manque de produits laitiers. La poudre importée est alors jusqu'à deux fois moins chère que le lait produit en Chine. Les prix intérieurs sont sous pression, ils ont perdu 20% depuis le début 2014, mais cela ne suffit pas. Les transformateurs cessent la collecte des producteurs chinois ! De nombreux éleveurs ont été forcés de jeter du lait et de décapitaliser tout ou partie de leurs troupeaux. Alerté, le gouvernement a obligé la reprise de la collecte, mais à des prix en baisse, jusqu'en mars 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière