Aller au contenu principal

Le contrat en questions
Top départ pour les premiers contrats

Les industriels privés ont dû vous adresser leur première proposition de contrat. Voici quelques conseils.

Je viens de recevoir une proposition de contrat mais j’envisage d’adhérer à une organisation de producteurs : que dois-je faire ?


La première chose, c’est d’adhérer à cette organisation de producteurs. Ensuite, lisez avec attention la proposition qui vous a été adressée. Certaines intègrent une clause spécifique permettant, même après signature éventuelle d’un contrat individuel, de basculer sur un schéma d’organisation collective. Sa présence (ou son absence) permet d’identifier immédiatement si l’industriel se montre « ouvert » à une négociation plus collective des conditions de vente de votre lait. Une telle clause est préconisée par l’interprofession laitière dans son guide des bonnes pratiques (voir p. 35).


Il y est précisé que je ne percevrai plus de primes « entreprise » si je ne la retourne pas dans un délai relativement court : est-ce normal ?


Ce genre de méthode ressemble à de l’intimidation. D’autant que rien ne justifie de conditionner la signature d’un contrat à un avantage financier. Nous vous conseillons de saisir la DGCCRF ou la commission de médiation interprofessionnelle, dans l’attente de la désignation du médiateur des contrats par le ministre de l’Agriculture.


La proposition contient un mandat de facturation. Je souhaite pouvoir faire appel à un tiers pour réaliser cette prestation. Comment faire ?


Nous vous conseillons de dissocier le mandat de facturation du contrat. Tout d’abord, n’oubliez pas que les OP demain, pour être agréées, devront réaliser la facturation. Ensuite, les informations qui figurent dans celle-ci sont cruciales pour négocier dans de bonnes conditions la vente de votre lait, y compris via une négociation collective. Ne pas disposer de ces informations librement (il y a en effet des clauses de confidentialité qui figurent souvent dans les contrats) vous interdit de bien négocier. Enfin, il vous sera difficile de vous libérer de cet engagement contractuel s’il n’est pas dissocié du contrat d’achat de lait. Veillez par ailleurs à vous assurer que l’acheteur est disposé juridiquement à vous garantir toute transparence sur ces éléments de facturation, dès lors que vous contresignerez ce mandat.


Le mandat de facturation indique que je peux émettre une facture rectificative en cas de désaccord dans un délai de 15 jours. Ce délai est-il normal ?


Juridiquement, il appartient aux co-contractants de se mettre d’accord librement sur ce délai. Quinze jours paraissent extrêmement courts. L’interprofession recommande dans son guide de respecter un délai de deux mois.


Si je sens que des clauses ne sont pas satisfaisantes, puis-je retourner la proposition en barrant ce qui ne me convient pas ?


La proposition qui vous est faite par l’acheteur sera en général plutôt rédigée à son avantage. Le premier réflexe est donc de prendre conseil. Ensuite, rien ne vous empêche de retourner une contre-proposition de contrat amendée par vos soins. Le contrat n’est valide qu’à partir du moment où la volonté des contractants se rencontre. Vous pouvez donc négocier, de préférence regroupé.


La proposition comporte des modalités de détermination du prix avec des valorisations en fonction des débouchés. Est-ce normal ?


Les modalités de détermination du prix relèvent de l’accord des contractants. Rien n’empêche juridiquement une proposition basée sur un système de prix différenciés. Il vous appartient de bien évaluer ses modalités. Nous vous conseillons de vérifier que ces modalités de prix différenciés sont accompagnées d’une clause garantissant la transparence sur les fabrications de l’industriel, avec le cas échéant un recalcul en fin de campagne des paiements opérés en fonction des fabrications réelles.


On me parle désormais de me payer tous les 10 jours. Pourquoi ?


Il faut savoir que le paiement du lait, qui est une denrée périssable, doit respecter des dispositions législatives transversales appelées « paiement à trente jours fin de décade ». Concrètement, le lait que vous avez produit entre le 1er et le 10 du mois, doit être payé au plus tard le 10 du mois suivant. Il se trouve que la filière laitière a quelque peu tardé à respecter ces dispositions. En vous proposant ces nouvelles dispositions, elle ne fait par conséquent que respecter la législation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière