Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
Tester des rations à 80 g de PDI par kilogramme de MS

Réduire les apports azotés des laitières à moins de 90 g de PDI par kilogramme de MS. Telle est la piste explorée par la ferme expérimentale des Trinottières.


Réduire le niveau protéique des rations complètes destinées aux laitières à 80 g de PDI/kg MS, c´est possible. Tel est le résultat d´un essai mené au cours de l´hiver 2002-2003 à la ferme expérimentale des Trinottières, dans le Maine-et-Loire. Cette idée est séduisante pour répondre aux attentes des éleveurs en terme de réduction du coût alimentaire et d´autonomie en protéines. Mais quelles performances techniques peut-on en attendre ?
« Moins d´ingestion et moins de lait produit, indique Philippe Brunschwig de l´Institut de l´élevage. Ce n´est pas un scoop. Mais, si l´on compare le lait réellement produit par rapport au lait théoriquement permis par les PDIE de la ration, les vaches ont produit 9 kg de lait supplémentaires. »
Dans l´essai, trois lots de quinze vaches laitières ont reçu une ration complète à base d´ensilage de maïs et corrigée pour moitié par des tourteaux de colza et pour moitié de lupin.
©F. Mechekour

Du vêlage à la quatorzième semaine de lactation, trois niveaux de complémentation azotée ont été testés : 80, 90 et 100 g de PDI par kg de MS de ration. « Si le correcteur azoté avait été du tourteau de soja, les quantités auraient été de l´ordre de 2,2 kg pour le lot 80 g, 3,4 kg et 4,5 kg pour les lots 90 et 100 g de PDI. » Les vaches du lot 80 g ont consommé en moyenne 17 kg de MS par jour, soit 1,4 kg de moins que les deux autres lots. Côté production laitière, le lot 80 g a produit 1,6 kg de lait de moins que le lot 90 g, alors que le lot 100 g en a produit 2 kg de plus. « Cela dit, malgré le faible apport de concentrés, le lot 80 g produit plus de 30 kg de lait en moyenne dès la quatrième semaine de lactation. » Si le TP est resté quasiment identique pour les différents lots, le TB quant à lui, est apparu plus élevé pour le lot 80 g et plus faible pour le lot 100 g. « Cette différence s´explique par des phénomènes de dilution et de concentration. » La reprise de poids a été identique dans les trois lots et la perte d´état n´a pas jamais excédé un point. Preuve en est que le lot 80 g n´a pas sollicité de façon excessive ses réserves corporelles pour produire du lait.

Quant aux résultats de reproduction, « on n´a pas observé de dégradation suite à la réduction de la densité protéique de la ration. »
Les simulations économiques relatives à la diminution du niveau protéique des rations, sur une durée de cinq à six mois en période hivernale, indiquent que cette pratique contribue à l´amélioration du revenu agricole dans les systèmes des Pays-de-la-Loire, combinant ensilage de maïs et pâturage(1). « Toutefois, descendre en deçà de 80 g de PDI par kg de MS me semble risqué, prévient Philippe Brunschwig. En effet, en dessous de 75 g de PDI par kg MS, la courbe de lactation s´infléchit notablement. Mais ceci peut s´envisager dans d´autres régimes, notamment ceux à base de foin. »


(1) Pour des exploitations avec un quota de 250 000 litres de lait et un prix du tourteau de colza de 0,19 ?/kg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière